Mise en examen ! Pourquoi pas dans les collectivités territoriales ?

Pourquoi ne pas voir un de ces prochains jours comme c’est le cas aujourd’hui avec l’ex-patron de France Télécom une mise en examen de l’un de ces maires ou présidents de l’une de nos grandes collectivités territoriales nationales ? Ce qui n’enlève en rien du champ des possibles dans les moyennes et petites collectivités dont les relations sociales sont loin d’être également au beau fixe.

La souffrance au travail et le harcèlement moral ça existent bel et bien aussi dans les mairies, conseils généraux ou régionaux. Souvent ils sont difficiles à prouver d’autant que les témoignages se font rares. Il ne s’agit que rarement des inconséquences des individus à s’adapter aux nouvelles méthodes de travail comme se plaisent à le dire nos sommités engoncées dans leurs certitudes d’élus. Ils peuvent être aussi le fruit de la pression des forts sur les faibles afin d’obtenir des faibles plus qu’ils ne peuvent raisonnablement donner. Au XXIe siècle c’est un délit. Qu’on se dise.

Les élus qu’ils soient de droite, bien que si l’on ne peut pas s’en satisfaire et même si nous savons qu’ils sont élus pour ça ou de gauche, même nous savons qu’ils ne sont pas élus pour ça mais s’ingénient avec le concours de leurs porte flingues à singer les méthodes de management des grands patrons, pratiquent aussi cette forme de harcèlement avec délice pour ne pas dire parfois zèle.

Pour en avoir le cœur net et lever les doutes une seule méthode: celle des faits, uniquement des faits. Car ils sont têtus les faits, ils sont criants. Et les garants des faits demeurent les juges. Alors on suggère une méthode certes osée mais techniquement fort simple à madame la ministre: déposer chaque fois que nécessaire lorsque le fait lui sera signalé soit par l’intéressé ou le CHSCT des recours en justice, systématiquement, infailliblement.

Car finalement le baron local n’est pas voyou dans sa manière de penser mais à travers les actes qu’il commet. Nous verrons bien alors, grâce à l’examen des faits, si tous ces cas de harcèlement ou de souffrance au travail ne sont pas le résultat d’une politique sciemment décidée de pression des forts sur les faibles afin d’obtenir des faibles plus qu’ils ne peuvent raisonnablement ou la conséquence regrettable des plans modernisation du service public et de la RGPP comme on nous le dit…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s