Budget 2013 : le clair obscur

débat orientation budgétaire

Comme les chiffres sont souvent interprétés en fonction de ce que l’on attend d’eux , il faut les prendre avec des pincettes. Le débat d’orientation budgétaire de la ville Couëron que le conseil municipal du jeudi 20 décembre a validé ce soir là en est l’exemple. Ce qu’en a dit la presse locale nous permet déjà d’avoir une petite une idée de la politique de la commune en matière d’investissements et de fiscalité, c’est-à-dire de nos impôts locaux.

Avouons-le, la démocratie locale est totalement absente. Le débat budgétaire est réservé aux quelques initiés, élus municipaux et administratifs. Il n’y a aucun effort de fait pour aider le citoyen à comprendre. L’information  du citoyen/contribuable, lorsqu’elle se fait est toujours partielle et partiale. Les conseils de quartiers ne sont que des coquilles vides. Les choses devraient peut-être évoluer, car on nous annonce un nouveau site internet pour le 1er janvier. Espérons que nous aurons plus d’information et un peu moins de communication. J’en doute. Si les élus municipaux de Couëron étaient déjà dans un système pernicieux d’auto satisfaction permanente, depuis les élections présidentielles et législatives, ils sont dans leur nuage. Et pourtant, au loin, l’orage gronde.

Il nous donc faut aller chercher les informations ailleurs comme je l’ai fait.

La politique de la commune manque sérieusement d’ambition. Nous sommes très en deçà du niveau des investissements de communes comparables selon une étude prise au hasard sur internet :

https://www.decomptes-publics.fr/pays-de-la-loire,25/loire-atlantique,74/comptes-publics-coueron,17146

Notre commune est mal entretenue, les rues sont en piteux état. Alors qu’à l’origine les colonnades de la place de la mairie étaient beiges, elles sont aujourd’hui de couleur rouille-crasse. Elles n’ont pas été nettoyées depuis des lustres, ne serait-ce par un coup de karcher régulier. La fontaine, au milieu de la place, n’a jamais fonctionné. Pour qui, pour quoi, on n’en sait trop rien. Sur cette place et tout autour, nous naviguons entre bitume et pavés bringuebalants. Les bords de Loire sont dangereux entre l’entreprise Berylcoo et la bibliothèque. Rien n’a été fait pour consolider les accotements qui s’affaissent. Si des efforts ont été réalisés sur les ronds points d’entrées de ville, notre voirie dans l’ensemble est dans un état lamentable, car trop peu rénovée sérieusement. Il manque beaucoup d’argents et d’ambition dans ces domaines de responsabilité communale.

austerite_maintenant_sMais où passe donc nos impôts ? En définitive on ne sait pas grand-chose. La baisse des recettes fiscales continue comme par le passé. La municipalité parle de recettes contraintes mais en réalité cette baisse est la conséquence directe la politique du gouvernement Ayrault/Fougerat qui en matière fiscale est la même que celle de Sarkozy. Le gouvernement a fait le choix de donner des avantages aux entreprises de l’ordre de 30 milliards, c’est le fameux pacte de compétitivité. Si les taux n’augmentent pas en 2013, les impôts locaux, eux autres, augmenteront bien simplement du fait de la non revalorisation des bases fiscales. Pourtant Hollande nous avait promis le contraire.

L’’étude pointe aussi un retard considérable pris en matière de dépenses d’investissements. Ce phénomène va s’accentuer en 2013. En effet, les chiffres fournis par la presse sont de l’ordre de 1,5 millions (3 Millions en 2012), c’est-à-dire presque rien dans une commune qui va vers les 20 000 habitants où les a déjà dépassé. En matière d’investissement , la moyenne nationale calculée par habitant et en euros est de 299 contre 165 sur Couëron. C’est presque la moitié moins.

La presse nous annonce aussi une augmentation des charges de personnel de plus 4 % qu’il faut mettre en lien avec l’ouverture de nouveau service. Dixit la presse. Couëron se situe encore bien en deçà de la moyenne nationale en matière de personnel qui est de 600€ par habitant contre 531 à Couëron. Tout cela s’inscrit dans un politique d’austérité salariale et un hold-up financier sur les droits sociaux des agents territoriaux comme le démontre la manifestation de plus 100 salariés lors d’un récent conseil municipal.

Les subventions aux associations devraient augmenter de 6 % mais on ne sait pas pour qui. N’y a-t-il pas encore qu’un effet d’annonce ? Attendons un peu plus d’informations. On peut imaginer que cette augmentation enveloppe la fête des bords de Loire. À notre connaissance, les subventions aux associations sont très encadrées. Les contrôles s’avèrent de plus en plus tatillons et partiaux. Bientôt, il faudra avoir fait polytechnique ou l’ENA pour prendre des responsabilités dans le tissus associatif local.

Le budget 2013 est placé comme celui de l’état sous des auspices d’une rigueur encore plus grande demandée aux citoyens/contribuables et salariés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s