De gauche ou de droite ! C’est déjà tout vu!

traitreLoin de nous de nous rassurer, la dernière prise de position de Jean Pierre Fougerat avec 100 de ses condisciples députés du PS nous permet d’entrevoir et de savoir enfin si  il  est l’homme de gauche que l’on nous dit (Journal du Dimanche du 3 mars 2013) L’homme est habile. Il a su, au cours de ces 25 dernières années, très bien naviguer entre les courants du PS. Il a toujours été  du bon côté du manche. Pro Hollande, pro DSK (qu’il voyait président et Aubry 1er ministre), pro Jospin… même pro Tapis à une époque. On sait que notre homme aime bien nager en eau trouble, mais là, s’il votait ce texte ce serait un exploit olympique de trahison de celles et ceux qui ont voté PS en croyant voter pour le progrès social. Pas moi, heureusement.

Le vote de la loi à venir sur la « sécurisation de l’emploi » sauce MEDEF/PS/CFDT que l’on nous a faussement présenté comme un accord gagnant-gagnant (j’y reviendrais dans le détail) devrait nous en donner une indication. On nous annonce 5286717-7889396encore avec la complicité du syndicat maison de la CFDT, un Trafalgar sur les retraites. Nul doute qu’il va donner son accord à la baisse des retraites complémentaires AGIR et ARRCO. Ce n’est qu’une question de jours. Mercredi prochain on y verra plus clair sur l’ampleur de la traîtrise et le degré de cupidité.

À sa manière, et comme souvent dans un style chaloupé, (auparavant on aurait dit dialectique) le PCF local s’interrogeait encore récemment pour dénoncer « le décalage entre les promesses non tenues et la faible réalisation du programme municipal engendrant un légitime discrédit durable ». Je partage le constat, sauf qu’ils sont co-responsables, car ils ont voté tous les budgets dont le dernier qui s’inscrit lui aussi dans une politique d’austérité nationale.

Si Jean-Pierre Fougerat est l’homme de gauche qu’il dit être et ancien syndicaliste dont il se réclame fièrement encore, il ne devrait pas voter ce texte à l’assemblée nationale pour deux raisons principales.
1- Comme ancien syndicaliste, lui qui fréquentait encore récemment les AG de son syndicat local des territoriaux, il doit savoir que son organisation est vent debout contre un texte (le contre exemple de Renault n’est pas significatif) qui va donner aux patrons le droit de virer les salariés sans perte et fracas, augmenter les heures de travail sans augmenter les fiches de paie ou diminuer arbitrairement le temps de travail et le salaire qui va avec, sans rien demander aux représentants du personnel, pas plus qu’aux intéressés eux-mêmes. Et si tu n’es pas content, tu es viré.
2- Comme député de gauche qu’il dit être « très molle » (qui devrait) respecter les valeurs de la démocratie et du progrès social. Il doit savoir que les signataires CFDT, UNSA , CFTC… sont des organisations syndicales minoritaires sous influences du MEDEF dans les actes et le discours qui les récompensent en retour en leur ouvrant largement des places au chaud dans les organismes sociaux comme l’URSSAF. la caisse de chômage ou d’allocations familiales… et des accès privilégies dans les ministères pour les plus corrompus idéologiquement comme l’ancien secrétaire général de la CFDT Chérèque. On se souvient, le père avait été ministre de la casse de la sidérurgie, le fil lui emboîte le pas avec encore un peu plus de zèle.

Et, si le député Maire  avait des doutes là-dessus, il pourrait proposer à ses frères d’armes et du renoncement l’organisation d’une consultation de l’ensemble des salariés. Même dans son propre parti certains voient « rouges » conscients que ce texte aurait bien pu être présenté par la droite avec l’ancien Président réactif Sarkozy.

A vrai dire, il ne fait aucun doute que notre Député par intérim/Maire à temps partiel fera ce qu’on lui demande de faire. Il lèvera le bras lorsqu’il y sera invité sans trop demander son reste. Est-ce dire 94222e3ae1529e82d4510e3e5a68ed28qu’il va voter comme la droite, (le centre qui est aussi la droite) et l’extrême droite à l’assemblée. On verra. Mais, c’est ce qui risque vraisemblablement d’arriver.

Faut-il voir dans cette incapacité à modifier le réel qu’un tremplin dans la politique du renoncement et comme l’annonce du pire. Sans doute pas tout à fait encore, quoique. Sauf qu’à marcher sur les mêmes plates-bandes de ses adversaires et laisser croire (comme la droite) que le politique ne peut plus rien faire, sinon à la marge, on en finit par croire que les uns ou les autres sont incapables de gouverner. Comme si la perspective commune de ligne d’horizon est déjà une ligne de flottaison.

On se dirige tout droit vers une situation à l’Espagnole, à la Grèce ou l’Italienne… en faisant le lit de toutes les déviances possibles.

Mais pour nous, côté « vraie gauche », les combats qui se perdent sont que ceux que nous ne  menons pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s