Fin de partie d’un profiteur 5***** qui prône l’autérité pour les autres ?

EdinburghBeaucoup me critiquait, ne comprenait pas mon cheminement, pas plus que la dureté (on me le disait) de mes prises de positon. A tort ou à raison, on voulait encore croire que notre Député Maire était un homme de Gauche, un mec désintéressé. Que nenni! Ces Couëronnais n’avaient pas encore saisi que l’homme comme son parti, le PS, s’était fourvoyé, lentement mais sûrement dans une politique à contre emploi, assumée de droite, n’offrant que très peu de différence avec celle, dure, de Sarkozy et du MEDEF.

Pour l’avoir côtoyé de très nombreuses années et l’avoir averti des dizaines de fois, je m’étais rendu compte que l’homme et son parti s’étaient égarés dans une logique dispendieuse ou l‘argent était roi, et qui n’aurait plus de fin, sinon une fin fatale. Ces messieurs de la municipalité pouvaient faire comme bon leur semblait. Ils n’ avaient plus aucune barrière, plus aucune limite. Ils se considéraient (se considèrent) au dessus des lois et des principes. Des dizaines d’agents municipaux en ont subit l’amère expérience. Tous ces donneurs de leçons et de morale devraient  balayer devant leurs portes.

Mais tout à une fin. Arrive aujourd’hui ce qui devait arriver. Et si les journalistes et la justice font leur boulot, nous ne sommes pas, sans doute, à la fin de nos surprises.

J’ai moi-même fait l’objet d’une tentative d’OPA de la part de JP Fougerat. Coups de téléphones à plusieurs reprises pour m’inviter, avec insistance pour ne pas dire plus, dans un resto (sans doute chic) du coin.Voilà la clé du système, celle que pratique aussi la Société Spie mais à une échelle beaucoup plus importante : avion privé, open bar, chambre 5 étoiles, dégustation de whisky….dont profitait à plein celui qui est un partisan actif de l’austérité. Soyons sérieux, pas pour lui mais pour les autres.

Accepter ce genre de deal, c’était rentrer dans une sorte de système qui ne dit pas son nom, de copinage où la demande sur retour sur investissement a toujours lieu, à un moment ou un autre. Ces gens là savent bien vous le rappeler. Et le piège se refermera sur l’indélicat même si le pénitent était de toute bonne foi…..Mais ça n’a pas marché et heureusement pour moi.

whisky-ecossaisLes uns ne valent pas mieux que les autres. On n’est jamais mieux servi que par ses ex amis, un ancien chef de cabinet. Où se situe la légalité de ce genre de pratique ? La justice prendra t-elle le relais car d’une manière ou d’une autre, c’est bien de notre argent dont il est question.
Comme au rugby, carton rouge pour ne pas avoir respecté les règles, mêmes les plus élémentaires, de l’éthique.

Rappel de quelques uns de mes écrits sur le blog « les couëronnades » :

26 mai 2013 (extraits)
Plus on s’enfonce dans la régression sociale, plus notre baronnie PS locale a besoin d’expédients pour faire oublier ses trahisons, ses renoncements, sa duperie, ses affaires, ses liens avec le monde finances et de l’argent. Faut-il ici faire un premier bilan de la énième mandature de J-P Fougerat ? Et pourquoi s’entête t-il à vouloir faire un mandat supplémentaire, lui qui est déjà député, vice président de la Communauté Urbaine et je ne sais encore quels titres empilés sur sa carte de visite. Par amour de son prochain ? Certainement pas. Il aurait besoin d’une cure de désintoxication. Un petit retour sur terre lui ferait le plus grand bien.
A un moment ou un autre, il faudra bien s’arrêter sur les années Fougerat. Comme on le murmure, ici ou là, la perspective d’un mandat de plus, c’en est un de trop. Je suis bien sûr de cet avis. Je n’ose pas m’imaginer ce que pourrait être un dernier mandat de 6 ans.

27 avril 2013 (extraits)
Il n’est pas question pour nous de laver plus blanc que blanc ou de faire dans le tous pourris mais de soulever les contradictions de nos politiques locaux et nationaux (la social démocratie en déliquescence morale et politique, je ne parle pas de la droite et son extrême puisque c’est déjà fait) entre le dire et le faire, entre les annonces et les actes, entre les promesses de campagne et leur revirement de tous les jours. Il y a du pain sur la planche

Est-il utile d’en dire plus ? Les faits parlent d’eux mêmes.

20 années d’un système à la dérive, il faut en changer sous peine d’asphyxie. La liste du Front De Gauche « Couëron à Gauche Autrement » représente bien l’alternance dans cette commune.

rome-italy-hotel-sm L’Hôtel où le journal satirique le Canard Enchaîné assure que  notre bon « samaritain Romain » Député Maire aurait somptueusement dormi. 

Peu d’endroits à Rome peuvent revendiquer un passé aussi prestigieux que l’Hôtel d’Inghilterra. L’Hôtel, une demeure aristocratique des Princes de Torlonia au XVIe siècle, devint au cours du XIXe siècle la destination préférée de Byron, Keats et Shelley et, au XXe siècle, la résidence romaine de Mark Twain, Hemingway, Liz Taylor et Gregory Peck.

Aujourd’hui l’Hôtel accueille une élite internationale sélectionnée qui en apprécie l’originalité éclectique, le raffinement exquis, le service attentif et une position enviable tout près de la Place d’Espagne et de Via Condotti.

Les stars du cinéma, la noblesse blasonnée et passionnée des destinations qui ont une histoire à raconter, se rencontrent dans les petits salons accueillants de l’Hôtel décorés de boiseries, de laques chinoises, de mobilier déco et dans le Bond Bar, l’angle le plus British de la capitale. Le restaurant Café Romano complète l’expérience du luxe multisensoriel avec ses plats originaux de la cuisine créative romaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s