Analyse du FDG (non inféodé au PS) avec commentaires de Couëronnades

 

unnamed1Le vote est passé dimanche. Il a soudain déchiré quelques voiles mensongers mis sur la campagne municipale. Longtemps niée, la dimension nationale du scrutin a éclaté d’un coup. Ouvrez le journal, il n’y est plus question que de la sanction de la politique gouvernementale. Pourtant, quand nous l’appelions de nos vœux, les médiacrates (* et le PS, Verts et PCF local) nous renvoyaient invariablement à la figure le caractère local du scrutin. Pas question pour eux de laisser monter un vote anti-austérité ! En revanche, qu’elle est douce aux belles personnes la sanction du pouvoir qui profite aux listes de droite et d’extrême-droite… Voilà de quoi éditorialiser à loisir leurs sempiternelles obsessions : plus vite les coupes budgétaires, plus fort contre les étrangers !

Pour accréditer sa thèse, le système médiatique largement lepénisé s’obstine toujours en revanche à occulter une des nouveautés qui sort de ce vote : l’émergence d’une opposition de gauche ancrée dans de nombreuses villes. Nous en tenons d’autant plus soigneusement le décompte dans ce numéro que les nomenclatures conjuguées des journaux et du ministère de l’intérieur conduisent à l’effacer du paysage, en l’éparpillant façon puzzle dans les cases Front de Gauche, Parti de Gauche, divers gauche, union de la gauche, voire extrême-gauche. Il faut admettre que la clarté de ce résultat est également obscurcie par la position de la direction du PCF (*Pierre Laurent, secrétaire du PCF devrait aussi démissionner) et des sections locales qui se sont placées sous direction socialiste, empêchant de mener une campagne nationale cohérente pour une sanction de gauche et de regrouper toutes les forces du front de gauche sous un même label.

P1040298Cette désastreuse perte de cohérence est le mauvais côté des alliances à géométrie variable. Raison de plus pour ne pas négliger le seul bon côté d’une telle situation. Avec ce test grandeur nature, nous pouvons comparer concrètement l’efficacité des diverses configurations électorales dans lesquelles nous nous sommes retrouvés. Deux leçons s’en dégagent. D’abord, la stratégie d’autonomie proposée par le PG a été validée par les électeurs. (*comme à Couëron) Cela se vérifie même dans les villes où le PCF s’y est opposé, parfois fortement. A Clermont par exemple, où André Chassaigne a édité un tract à la veille du vote pour dénoncer la liste Front de Gauche en tant que « président du groupe Front de Gauche à l’Assemblée ». Comme nous le disions à propos de l’utilisation de son logo, personne n’est propriétaire du Front de Gauche qui est d’abord une stratégie d’autonomie conquérante vis-à-vis du gouvernement. La deuxième leçon est que l’alliance la plus fructueuse dans la campagne puis dans les urnes est sans conteste celle que nous avons nouée dans près d’une centaine de villes avec EELV contre la politique d’austérité et de compétitivité. Le symbole en est Grenoble où notre liste vire en tête de la gauche, devant celle du maire sortant PS.

12-09-24-place-cohn-benditLe vote de dimanche va donc produire ses effets. Quelques élus PS finiront bien par trouver cher de payer du sacrifice de leurs mandats la fidélité à un président de la République constamment infidèle à son camp. Certains désapprouveront la brutalité des amis PS et PCF d’Hidalgo qui ont demandé à nos camarades parisiens d’expier publiquement leurs critiques pour rendre possible une fusion. Les responsables d’EELV constateront que nos électorats s’additionnent et y réfléchiront à deux fois avant d’écarter nos offres d’alliance pour les prochaines échéances électorales.

Décidément, ce scrutin, à la fois gifle sans précédent pour les austéritaires et baptême du feu réussi pour l’opposition de gauche, aura des conséquences nationales.

Déclin-du-PCF* Déjà sur Couëron, ce qui reste de Communistes voudraient bien s’approprier les 15% du FDG. Pourquoi pas une vraie alliance de Gauche (PCF, Verts et FDG). Celle-ci passe d’abord par un retrait du carcan PS et la mise à l’écart des caciques du PCF local, pas très nombreux mais plus PS que PCF, compromis jusqu’au bout des ongles. Cette élection  démontre qu’ils sont déjà comme le PS local et le Maire sortant (avec la dérouillée qu’ils viennent de prendre) dépassés par les événements. Ils n’ont plus qu’à se retirer avec intelligence. Le plutôt serait le mieux . Oups à tous ces PS et  PS déguisés !!!

* Harlem pas Désiré (secrétaire national du PS de droite) pérore sur les radios sur le changement de gouvernement. Changer pour ne rien changer, voilà ce qu’il propose et qui  ne servirait à rien du tout.

C’est de politique qu’il convient de changer, peu importe les « péquins » qui nous gouvernerons.

* commentaires « Couëronnades

 

Publicités

2 réflexions sur “Analyse du FDG (non inféodé au PS) avec commentaires de Couëronnades

  1. Frédéric mars 27, 2014 / 5:45

    Bonjour, je suis bien triste de ne plus voir apparaître les messages du « fougeratiste » ici. Merci monsieur Giraud. Etes-vous Coueronnais ? Il est dommage néanmoins, de rester anonyme.
    Quant à Monsieur Couëronnades, la claque, c’est vous qui l’avez prise. Inutile de vous fourvoyer et soyez fairplay. Vous avez perdu.
    Fred Couëron.

    • de gauche vraiment mars 27, 2014 / 9:01

      Nous avions tout à gagner.C est fait. Nous avons dit à la presse que nous aurions aimé un peu plus. 15%, ce n’est déjà pas mal avec seulement le PG comme soutien. Vous avez de votre côté perdu 1700 voix et 30% par rapport à 2008 avec tout ce que compte la commune de fauxsocialistes et d apparatchiks, de cocos solferiniens et de verts carriéristes. Ne parlons pas du coup de poing pris en pleine face sur le 44 et sur l ensemble du pays.
      Le roi du cumul de mandat et des larges indemnités qui vont avec est de nouveau elu. Nous avons appris pour l occasion qu il amait les voyages et le rugby. Dont acte. C est une bien mauvaise nouvelle pour les Couëronnais.
      Un peu plus de 4000 voix sur 15000 électeurs lnscrits. Après 20 années de gouvernance sans partage, ce n est pas très glorieux. Nous
      ne sommes pas encore à Marseille fort heureusement. Nous aurons deux droites libérales sur Coueron, une qui assume et l’autre non.
      Ceux qui semblent s être fourvoyé me semble être le PS. C est du moins ce que pense l électeur. Ça sent le sapin pour un certain nombre d apparatchiks. Bonne nouvelle!
      Le modérateur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s