Réforme scolaire: bonnets d’âne pour le maire Fougerat IV et le ministre Benêt Hanon

 

 

1416_hamon_lave_plus_blanc-35db3Notre municipalité, son adjoint à l’enseignement et le Maire d’alors, Fougerat III (il a pris depuis du galon) avait pourtant mis le paquet afin de contraindre, non de convaincre, les parents d’élèves et les enseignants du bien-fondé de la réforme des rythmes scolaires. « Refondation » de l’école disaient-ils alors, tellement probante et réussie que la ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon en paya (l’addition) et a été viré comme un mal propre. Nous n’allons pas pleurer sur son sort. Pas de risque, Il n’ira pas au chômage celui-là.

Notre municipalité et son maire Fougerat IV n’avaient pourtant pas lésiné sur les moyens pour persuader la communauté éducative des bienfaits de cette réforme. Alors que rien ne l’obligeait , il s’est précipité pour la mettre en œuvre dès septembre 2013. Malgré de très nombreux signes d’inquiétude et d’un large rejet de l’opinion publique, notre Maire Fougerat IV s’entêtait contre toute évidence et avec tout le zèle qu’on lui connaît, à jouer les bons élèves de la classe du PS. Ayrault lui aurait demandé de se promener avec un bonnet d’âne qu’il l’aurait sans doute fait.

Multiples flyers, réunions d’informations aux parents, conférence de presse, bulletin municipal, tous nos perroquets nous on vanté des bienfaits de la semaine de 4 jours et demi sans s’en donner les moyens financiers et éducatifs nécessaires. En veux tu en voilà, yaka, faucon.. c’était une bonne chose pour les enfants et tralala et tralala… Les parents ont été mis devant le fait accompli quant au personnel il n’a eu qu’une alternative, se la boucler et d’obtempérer. Dès le début, beaucoup de parents se sont montrés plus que réservés, pas très convaincus par cette usine à gaz ne sachant plus très bien sur quels repères se fonder et inquiets sur la perte de sens entre les apprentissages des savoirs et les activités.

A l’évidence, contrairement à ce qui avait été annoncé la mise en œuvre de la semaine des 4,5 jours d’école semaine est catastrophique, tant au niveau des rythmes, de la qualité des activités proposés , des moyens en locaux mis à disposition que du coût dont on nous cache toujours les incidences pour 2014 et 2015.



(reprise article blog de François Cocq) « François Hollande (et son clone local maire de Couëron JP Fougerat, heureusement il n’est plus député) insultent la communauté éducative.

2617825-ide-rytmesscolaireassouplis-jpg_2254894Au lendemain de la débandade de Benoît Hamon devant le Conseil supérieur de l’éducation (CSE), François Hollande se conduit en roitelet et ajoute l’insulte à la morgue envers la communauté éducative. Invité de RMC-BFM, le Président vient en effet de fouler aux pieds le vote du CSE sur le décret Hamon (3 Pour, 27 Abstentions, 31 Contre) en affirmant « le nouveau décret Hamon entrera en vigueur ». 

Non content de s’asseoir sur le résultat de la consultation du CSE, François Hollande, le sourire aux lèvres, s’est même permis de narguer les syndicats, parents d’élèves et élus constitutifs de l’institution en rappelant à propos du vote du CSE sur le décret Peillon : « Ils avaient également voté contre le premier ». En effet, là où Peillon avait recueilli 5 faméliques voix pour son décret, Hamon est tombé à 3 ! Et là où le duo Peillon-Hollande n’avait tenu aucun compte de l’avis du CSE (avec le bonheur que l’on sait…), le duo Hamon-Hollande s’apprête à faire de même en publiant le décret au Journal officiel dès la fin de la semaine.

img-contrepoints272-peillon-hamon-660x645Mais le pire est encore ailleurs : tout ce que l’on soupçonnait en matière de transfert de contenus vers les activités périscolaires a été divulgué par François Hollande. A propos des activités périscolaires, le Président a fait ce terrible aveu : « C’est important l’éducation musicale, c’est important l’animation culturelle ». Voilà comment François Hollande use de la porosité sciemment instillée entre les contenus scolaires et les apprentissages périscolaires pour faire glisser de l’un à l’autre, de l’école publique gratuite et obligatoire aux activités périscolaires facultatives et au paiement à la carte, des savoirs émancipateurs qui devraient être enseignés à tous les élèves. Voilà comment François Hollande ramène les enfants à un socle commun minimaliste et utilitariste en excluant les savoirs et apprentissages qui permettent l’élévation de soi. Il faut dire que le Président a de bien plus piètres revendications, lui qui définissait encore ce matin l’école comme « un moyen puissant de promotion » et qui, ce faisant, renvoie à l’école méritocratique devant jouer le rôle d’ascenseur social dans une société où le désordre social est accepté comme loi commune. »



La réforme des rythmes scolaires demeure toujours autant nécessaire. Mais le décret de Vincent Peillon n’est pas amendable, surtout pour être approfondi de la sorte par son successeur. Il doit donc être urgemment abrogé pour être entièrement réécrit. En choisissant la continuité, B. Hamon vient déjà de révéler son vrai visage. De F. Hollande on le savait déjà

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s