Débat au FDG, encore du réchauffé!

1911647_10152062089864584_1980725500_n 

breveon4255-73c9fQue l’on ne s’y trompe pas, il règne en ce début de rentrée comme un air de déjà vu. On ne parle pas de rentrée sociale agitée ou non, mais de mesures anti sociales supplémentaires annoncées par le gouvernement socialiste du duo Valls/Hollande.

La droite sentant le vent venir essaie de se mettre en ordre de bataille. Hier c’était Sarkozy, aujourd’hui c’est Juppé. Pourtant les présidentielles n’auront lieu qu’en 2017, c’est à dire dans un peu moins de 3 ans. Le F Haine reste en embuscade, tout content de regarder le PS et la droite travailler, très efficacement, pour lui.

Au Front De Gauche les supputations, les errements, les analyses et autres commentaires ou les débat sans fin sont parfois de mise. La lecture du journal l’humanité nous en donne presque tous les jours des exemples saisissants. Pourtant, nous connaissons où sont nos difficultés où sont nos insuffisances. Certaines sont inhérentes à l’état actuel de décomposition de la société, les autres sont dues à des difficultés internes, de crédibilité, de programme, de cohérence ou de nos alliances… Front De Gauche ou Front du Peuple le débat ne s’articule pas seulement autour d’un slogan. Pas plus que ne l’est celui du «tous contre le F Haine»

Le PS est aux abois. Il recherche désespérément des partenaires. Les socialistes dits de gauche (qui jouent le rôle de rabatteurs) et les Verts retourneront dans leur immense majorité là ou on les nourrit le mieux. Le PCF pense qu’il est encore possible de fonder des alliances avec une partie des socialistes, des Verts mais aussi d’un certain nombre de forces qui avaient rejoint le Front De Gauche. Ce n’est pas gagné mais l’opération est en cours. Compte tenu des rapports de force en présence, le PCF, qui est déjà partenaire du PS dans nombre de collectivités, se satisferait sans doute d’un compromis à minima. Il garderait une présence institutionnelle nationale. Il lui faut donc convaincre que la stratégie du FDG à ses limites et que ses alliances à géométrie variable n’a aucunement troublé l’électorat FDG lors des dernières municipales. L échec (relatif) du FDG est d’abord l’échec de JL Mélenchon et de sa stratégie semble t-il dire. Et, à l’appui de son argumentaire, il s’interroge sur le fait que la dynamique de la présidentielle ne se soit pas retrouvée  aux législatives, ni aux municipales ni aux européennes, alors que les Verts ne s’en sortaient pas si mal que ça. (Humanité du 19 août 2014).

Déclin-du-PCFC’est oublier un peu vite que l’électorat Vert en général est aussi celui du PS et, qu’existe dans ces élections le principe des vases communicants. C’est oublier un peu vite que les Verts ont obtenu à la présidentielle de 2012 un score (2,31%), qu’ils ont perdu la moitié de leur électorat aux européennes de 2014 par rapport à l’élection précédente. C’est oublier un peu vite le score du candidat JL Mélenchon de la Présidentielle (11,11%), c’est oublier un peu vite le score de la candidate communiste à la présidentielle de 2007 (1,93%). La stratégie d’alliance PS/PC n’a servit qu’à cacher son déclin depuis des décennies comme le montre ce croquis.

L‘on nous dit aussi que la stratégie d’indépendance à l’égard du PS serait une stratégie perdante. On l’a vu avec le NPA ou Lutte Ouvrière. Soit, mais l’on pourrait aussi rétorquer à Florian Gulli (journal Humanité du 19 août 2014) que la stratégie d’alliance dès le premier tour des municipales 2014 est aussi (et surtout) une stratégie perdante avec une bérézina électorale PS/PC et plus de cent cinquante communes de plus de 20 000 habitants passées à droite. On pourrait également rétorquer que dans cette affaire, la perte par le PCF d’une une partie de ses derniers «bastions municipaux». Stratégie perdante pour qui ? Beaucoup plus pour le PCF  et de sa stratégie d’alliance à la carte que pour le Front de Gauche. Qu’on le veuille ou non, l’attitude ambiguë du PCF et de ses alliances à géométrie variable comme l’accord tardif aux européennes ont joué en défaveur du FDG. Il n’y a pas que ça, bien évidemment.

J-L Mélenchon, que l’on met à toutes les sauces, mêmes les plus nauséabondes, s’est mis en retrait pour quelques temps. On ne lui pardonne rien, même chez ses colistiers d’hier qui s’empressent pour quelque-uns, de lui mijoter une tambouille qui sent le réchauffé avec un Front du Peuple dont on voit bien qu’il ne serait qu’un remake de l’ Union de la gauche des années 80. Chacun s’essayant à la manœuvre pour sauver ce qui peut l’être (sénatoriales, cantonales et régionales). Des rencontres ont été organisées, les réseaux fonctionnent, on attend les dirigeants du PCF aux prochaines universités d’été du PS à la Rochelle fin août. Rien que ça !

L’idée serait donc de marginaliser le Parti de gauche et en premier, celui dont les «sondages» disent qu’il serait le meilleur des candidats au FDG, JL Mélenchon  pour mettre en orbite une candidature PCF comme celle du député A. Chassaigne. Il n’est pas dit que pour contourner l’obstacle JL Mélenchon et celle du FDG qu’il n’y ait la tentation chez certains de participer à la primaire du PS. Rien, n’est encore définitif même si les fondations sont déjà posées. Pas certain que cette stratégie anti Mélenchon, anti FDG ne porte pas en contre jour, un boulevard pour le F Haine.

Cette tactique a pourtant ses limites. D’abord, il n’est pas certain que le candidat du PS soit au second tour, ensuite il n’est pas dit qu’au FDG cette idée soit majoritairement partagée par tous. Bien au contraire, beaucoup s’y oppose. La politique de casse sociale d’Hollande, Valls et du PS est honnis. Les Français savent ce qu’ils ne veulent pas, mais ne savent pas ce qu’ils veulent. Ils ont bouté Sarkozy, ils le feront, sans doute aussi, du candidat PS, quel qu’il soit.

10294427_804350912909310_7333584236683190472_nPour se résumer, le PS va continuer voire amplifier sa politique en faveur du MEDEF et des Banquiers. Il est sous la coupe de la commission européenne et de Mme Merkel. Il n’y a pas grand chose à attendre de la majorité des Verts, ni de l’aile dite de gauche du PS. Ils ne sont là que pour donner le change. Le PCF officiel a décidé d’abandonner la stratégie du Front De Gauche pour celle de Front du Peuple en jouant, sans doute, sur les deux tableaux chaque fois qu’il le pourra. Au final, il ralliera le PS non par dépit mais par choix. Pour la prochaine présidentielle, puisqu’il en est déjà question, le PCF officiel aura la tentation soit de présenter son candidat, le plus probable serait A Chassaigne….ou se ranger derrière le PS dans des primaires, arguant du risque du F Haine. Le ralliement de R Hue à F Hollande en 2012 ne serait alors plus une simple péripétie ou un accident de parcours mais bien un signe avant coureur.

Il n’y aura plus de Votutil, quel que soit le cas de figure.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s