Légal mais pas légitime

capture5Ça ne tourne pas rond à la Mairie de Couëron pas plus que ça tourne rond à l’Élysée ou à l’Assemblée nationale. Nous avons un maire en perdition depuis belle lurette, bien loin des problèmes du quotidien de la majorité des Couëronnais. Notre premier magistrat cumule les effets d’aubaine avec les excès de pouvoir et un mépris du citoyen. S’ajoute à ce spectacle peu reluisant la trahison d’un Parti socialiste à l’égard de ses engagements d’hier. La lutte contre la finance s’est vite transformée en lutte contre les salariés. Le PS est en passe d’être plus à droite que Sarkozy, du moins autant. D’où dans ces conditions, la légalité de cette équipe municipale ne vaut pas pour autant sa légitimité.


Nous avons une équipe municipale PS PC, Verts et une myriades de sans parti qui ne sont d’accord sur presque rien lorsqu’il s’agit d’aborder les problèmes d’austérité, d’écologie ou de la réforme territoriale  mais qui s’entendent comme des larrons en foire pour se partager le gâteau.
Pas étonnant dans ces conditions qu’une grande majorité d’électeurs boudent les urnes. La droite et la gauche de la droite (le PS), c’est du blanc bonnet et du bonnet blanc, pensent-ils justement.


La boîte de Pandore est ouverte et la réforme des rythmes scolaires a malheureusement bien dynamité l’éducation nationale comme prévue. Contrairement à l’image idyllique que voudrait bien nous faire avaler la municipalité de Couëron, cette réforme consacre la porosité entre temps scolaire et temps périscolaire. Elle constitue donc bien un préalable à la porosité des contenus. Et donc à une territorialisation de l’éducation. Ce n’est plus simplement l’égalité devant les activités périscolaires qui est en jeu, même si celle-ci  dilem_photo_1629_TV5020914_ecoleest scandaleuse. C’est aussi celle devant l’éducation.


La ministre de l’éducation (territoriale) Najat Vallaud-Belkacem ne vient-elle ainsi d’adresser, par l’intermédiaire des recteurs, des courriers aux élus locaux leur annonçant qu’ils auraient à prendre en charge au travers des activités périscolaires quatre demi-journées afin de libérer les enseignants pour des réunions de concertations. Le glissement du temps périscolaire sur le temps scolaire et inversement est donc maintenant établi.


La Ministre demande ainsi aux collectivités d’assurer des activités sur des temps relevant de la prise en charge par l’État. Aujourd’hui, ce sont les activités périscolaires qui sont propulsées dans le temps éducatif. Demain, ce seront des activités scolaires qui seront rejetées dans le périscolaire. La liste est toute prête pour les marchands, Vincent Peillon l’avait établie en son temps : sport pour éducation physique et sportive, musique pour éducation musicale, dessin pour éducation artistique…
Il n’est pas anodin que cette demande de la Ministre intervienne pour permettre aux enseignants de se réunir…sur le socle commun. Car c’est bien au nom du socle que l’on fragmente les programmes et que l’on sépare ce qui est utile à tous, sous la forme d’un SMIC éducatif, quand de l’autre côté, on parle encore de programmes. L’utilitarisme pour la plèbe, l’exigence et l’ouverture sur l’émancipation pour les autres. Au final, c’est encore le contribuable et les enfants qui vont payer l’addition.

1400365_3_7d11_quelque-140-familles-de-gens-du-voyage-qui-ontToute pétition est honorable. Celle que vient de promouvoir des habitants du Port-Launay l’est. Que l’on partage ou non les inquiétudes des riverains, la question de l’intégration des gens du voyage reste posée avec d’autant plus d’acuité que rien n’a été fait de cohérent depuis belle lurette. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir émis de nombreux signaux d’alerte. L’incurie du Maire de Couëron est criante. Il oublie qu’il a été durant de très nombreuses années Vice-président de la Communauté urbaine, nous vantant alors les bienfaits de l’intercommunalité. Aujourd’hui, il botte en touche, une fois de plus. Attendons 2017 et la mise en place du plan d’urbanisme Métropolitain, dit-il dans la presse locale. Il se fout de nous comme il se fout des riverains du Port Launay (qu’il traite de menteurs..). La solution proposée n’est pas satisfaisante. Elle doit être pérenne. Le bien vivre ensemble » doit reposer sur le principe républicain du : MÊMES DROITS, MÊMES DEVOIRS.

Mais le maire de Couëron et ses acolytes n’ont aucun respect pour la démocratie (plus ils la mettent en avant moins ils la respectent) puisque qu’il magouille toujours dans leur coin, bien à l’abri des regards, sans transparence et surtout sans aucun respect à l’égard du citoyen.


Les élus d’opposition qui représentent pourtant 50 % des électeurs lors de la dernière municipale n’ont pas le droit au chapitre. Privé de parole au Conseil municipal, ils sont aussi privés d’informations comme d’expression dans le bulletin municipal à l’exemple des élus du Front De Gauche.


m6r-bouton-widget
Comme le dit Jean-Luc Mélenchon : passons vite à la VIe république. L’actuelle est sans avenir..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s