On ne combat pas le feu avec un seau (des sots) d’eau ?

3245841442_1_3_NoEsN1Nu 

Par JC Rodriguez

Ils sont presque tous unanimement satisfaits à droite comme à son extrême. Au regard de ce que l’on nous annonce ce soir, même avec les correctifs nécessaires du lendemain, Ils ont de quoi pavoiser. Les uns pour le nombre de voix obtenues au second tour, les autres en nombre de sièges décrochés.

Au PS, notre droite molle nationale, pas du tout sociale mais beaucoup libérale, on pique du nez et l’on va raser les murs durant quelques jours. Sur le 44, ils vont se rassurer avec la conservation du département (à confirmer).

Au Front De Gauche , PCF, PG de Mélenchon et Ensemble, souvent partis au second tour un peu plus dispersés encore qu’au premier, on regarde le bout de ses chaussures et l’on rit jaune.

Chez les Verts, peu importe la nature de la débâcle pourvu qu’ils aient l’ivresse du poste ministériel espéré. Certains pensent déjà faire le deuil du mouvement Verts actuel, en créant un parti godillot vivant au crochet du PS, ce qu’ils font déjà.

Pour les uns cela aurait pu être pire, pour les autres vraisemblablement un peu mieux voire beaucoup mieux.

Le Fhaine se récupère plusieurs dizaines de cantons. La droite bénéficie avec un système électoral majoritaire particulièrement injuste de entre 65 et 70 présidence de départements. Avec un peu plus de 20% % des électeurs inscrits au premier tour, la droite de Sarkozy va récupérer entre 60 à 65% % (chiffres à confirmer) des sièges de conseillers départementaux. Le système électoral majoritaire à deux tours permet ce kidnapping.

B1ydF6mIUAAb9gr.jpg:largeLe PS se prend une peu glorieuse raclée. C’est très bien ainsi mais pas encore assez pour le faire changer de politique austéritaire. Politique qu’il compte bien, aux dires de Valls/Macron continuer. La Chancelière Merkel veille. Le PS n’ obtient que le revers de la médaille et doit assumer les conséquences de ses trahissons successives. Tous se rappellent encore le mémorable discours du Bourget et de son candidat d’alors Hollande déclarant benoîtement que la finance était son ennemie. Nombre de ses apparatchiks vont se retrouver sur le carreau. Saine opération. Avec un peu de chance, ils pourront se recaser auprès d’un élu… ou d’une entreprise reconnaissante pour les marchés publics. On peut leur proposer la Spie par exemple ? Va savoir ! Parce qu’au niveau des fédérations socialistes, ce n’est même pas la peine d’y penser, alors que les élections régionales promettent une nouvelle raclée historique. Pas certain que le PS puisse recaser tout ce petit monde dans les municipalités ou conseils généraux qu’il continue de diriger. Bonne thérapie, ou l’on peut espérer qu’elle sera profitable.

le PCF semble ne plus y retrouver ses petits. La faute aux électeurs incrédules du Val de Marne (département qu’il conservera) ou de l’Allier qui ne sont pas plus déplacés qu’au 1er tour. A force de changer continuellement de peau comme les couleuvres, il s’est fait avaler tout cru par plus malin que lui. Espérons (mais trop) que cette énième leçon de chose lui permettra de faire son « aggiornamento ». Nous n’y croyons pas trop. A force de rester dans l’entre deux, on finit par ne plus exister. On ne peut que s’en désoler pour les militants sincères.

La gauche radicale de JL Mélenchon qui n’avait pas voulu soutenir le duo infernal du rassemblement de gauche du second tour PS/PC peut estimer qu’elle n’a pas trahit ses électeurs du premier tour. C’est assez rare pour être souligné, Regrettons qu’il ait fallu le démontrer par l’absurde. Faut-il rappeler que personne n’est titulaire de ses voix. L’électeur fait ce qu’il veut, parfois le pire, mais il ne suit pas toujours aveuglement les consignes des partis politiques au second tour.

Les écologistes verseront quelques larmes de crocodiles. Les pique-assiettes sont déjà dans le coup d’après. Certains vendront leur âme pour un poste ministériel. Leur dérive droitière est déjà annoncée.

sarkozy.c'est.possible_sDans ce paysage ou la plupart des partis politiques sont discrédités (pas qu’à droite et pas qu’au PS), ces élections démontrent le rejet par les citoyens de la crise qui les étranglent socialement. S’il y avait des vainqueurs, ce serait l’abstention, le vote blanc et celui, malheureusement, du vote Fhaine. C’est tout l’espace des représentations de soi et des autres qui est en jeu dans le moment que nous vivons. La vague brune n’est pas seulement politique. Elle est peut-être d’abord un fait d’une « culture » devenue dominante.

Ce qui reste du Front De Gauche peut espérer des jours meilleurs dans un paysage social, économique et politique entièrement dévasté. Sur le terrain, malgré les innombrables difficultés, des alliances souvent citoyennes se sont nouées, présages d’un renouveau espéré à la Française. De notre côté, nous construisons, pas à pas, un autre chemin.

Il n’a pas d’autres alternatives possibles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s