Degré zéro de la politique et Conseil municipal du 5/10

Place de la mairie, une honte
Place de la mairie, une honte

proprete-urbaine-le-maire-et-lopposition-pas-daccordLa mouvance d’extrême droite du Conseil municipal, celle qui porte le mieux les discours et les pratiques du Front National dans l’ hémicycle, s’est récemment fait l’écho par presse interposée de ses critiques à l’égard de l’actuelle majorité municipale en matière d’entretien de la commune.

C’est son droit bien évidemment.

Si le constat d’un laissé allé certain sur l’entretien de la voirie et de l’espace public en général est une réalité depuis des décennies sur Couëron, de ce que nous relate la presse, nous voyons bien que chez cette droite, elle sert surtout à mettre en cause l’utilité du service public et de ses personnels On pourrait s’interroger également sur la nature de la réponse de la Maire Carole Grelaud qui semble renvoyer à Nantes métropole ou à la nomination d’un ‘nouveau responsable des espaces verts cette sorte d’incurie. Comme si nous étions tous des ignares dans le domaine des espaces verts ou des herbes « folles », Carole Grelaud ne trouve rien d’autre à dire, pour tenter Place de la Mairiede se justifier, que d’en appeler à : « Nous demanderons à Nantes Métropole de venir nous expliquer la gestion différenciée !!! ». Cette réponse n’est ni à la hauteur du défi, ni ne correspond, non plus, à l’image que l’on se fait d’un Maire qui plus est, est conseillère départementale comme l’a très bien rappelé l’élu Front De Gauche lors du dernier Conseil municipal du 5 octobre. On ressent bien ici des élus aux abois, incapables de donner sens à une politique de gauche, empêtrés dans ses divisions de clans et ayant laissés la gestion du quotidien à un petit groupe, principalement intéressé à défendre son pré-carré, sa carrière ou ses intérêts.

La gestion du personnel municipal est catastrophique. Elle souffre d’un management brutal dans une sorte de harcèlement quotidien hérité de la période JP Fougerat. Rien ne semble vouloir changer. L’austérité locale décidée par le PS et ses affidés ou l’austérité décidée par Hollande/Valls/Macron va accroître les difficultés des collectivités. Austérité revendiquée également par une bonne partie des élus qui se présentent comme étant de la société civile ou de la mouvance extrême gauche Alternative (sic). Dans ce concert de louages anti fonctionnaires, l’Adjoint Verts de l’équipe municipale n’est jamais en reste. Il n’hésite pas, à chaque fois qu’il en a l’occasion, de fustiger les fonctionnaires coupables à ses yeux d’être beaucoup trop nombreux sur Couëron. L’écologie n’étant qu’un alibi bien pratique pour ce genre de professionnel de la politique.

La dégradation des services à la population n’est pas de la responsabilité des agents des espaces Verts de la commune mais bien celle des politiques menées par l’équipe municipale actuelle, incapable de faire front à la politique d’austérité imposée aux collectivités territoriales. Nantes Métropole contrairement à ce que nous avons entendu lors du Conseil municipal du 5 octobre, est un mastodonte budgétivore insatiable avec l’argent des autres, sans contrôle aucun des populations misent hors-jeu depuis belle lurette. Alors que des dizaines de millions d’euros sont versés chaque année en aides et subvention directes aux entreprises, le retour sur investissement est loin d’être à la hauteur en matière d’emplois. Aucun chiffre ne nous est donné en matière de lutte contre le chômage. Notre argent sert trop souvent non pas à créer de l’emploi, mais à en supprimer. Les entreprises s’installent à bon compte, en profitant pour dégraisser, récupérer des aides et faire de juteux profits fiscaux.

badge-pisser-sur-la-flamme L’extrême droite et parfois la droite radicale municipale Couëronnaise n’aiment pas les fonctionnaires. On le lit et ils le disent haut et fort à qui veut bien les entendre. C’est leur dada. Les fonctionnaires sont trop nombreux, trop bien payés et la plupart du temps ne foutent pas grand chose. On a souvent l’impression que de l’autre côté de la barrière, le PS pour ne pas le citer, l’ on pense à peu près la même chose. Il n’y a qu’à entendre un Macron, Valls ou Hollande pour s’en convaincre.

Saisissant paradoxe lorsque par une espèce de retournement de l’histoire et de valeur, nos libéraux de l’extrême droite municipale locale, chantres de l’économie de marché, de la suppression du service public et des emplois dans les services municipaux, s’émeuvent du sort réservé aux agriculteurs et à l’agriculture dans notre pays. Émouvant discours ou l’on en aurait presque eu la larme eleveursporcinsau coin de l’œil. Tragédie partagée, mais où l’on s’interroge sur les remèdes proposés qui, en aucun cas, ne pourront sauver les malades, car les médecins de la FDSEA ou du gouvernement Hollande et de l’Europe de Merkel sont les premiers à inoculer les poisons de leur disparition.

L’histoire nous apprend et nous le démontre encore une fois que le capitalisme et l’argent n’ont ni de frontières ni odeur. C’est d’abord en luttant contre ce capitalisme/libéralisme que l’on pourra tenter de sauver cette agriculture et les exploitations, tout autant que notre industrie ou ses emplois. Tout le reste n’est que du vent qui, comme on le sait, emporte tout sur son passage.  

Balzac disait à juste titre : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ». 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s