Confusions

 

564996d8d67d3_800_mÀ peine, deux semaines sont passées. L’émotion est encore très grande, les larmes sont à peine sèches qu’il nous faut bien évidemment reprendre le chemin de la vie, sortir, aller au travail lorsque l’on en a, tout simplement vivre en famille, partager avec ses amis. D’autres n’ont pas cette chance, ils seront pour un long moment en reconstruction, des traumatisés de la vie, tant par les blessures physiques, morales ou sociales. Ces blessures perdureront encore longtemps qu’il nous est, sans doute impossible aujourd’hui, d’en mesurer toutes les conséquences. Le pourra ou le voudra-t-on, d’ailleurs ? l’immédiateté du quotidien bouscule notre sens critique d’autant que la machine à décerveler marche à plein. On doit faire avec.

hollande-syria-paris-shootings1-529x380Élections régionales oblige, le gouvernement et son président font feu de tout bois pour tenter de capitaliser l’émotion. Ils en jouent et en  surjouent. Chacun s’exerçant à la démagogie nationaliste qui n’a rien a envier à celle du Fhaine, en ravivant les peurs et carambouillages nationalistes. Si ce moment n’était pas aussi solennel, certaines initiatives prêteraient à sourire. C’est leur capital tout risque, dernier quitte ou double susceptible de les empêcher, croient-ils, de toucher le fond lors des prochaines échéances électorales. La situation, aujourd’hui, est un peu différente de celle de l’après Charlie Hebdo. Là où l’on avait vu des foules immenses, socialement assez homogènes, prioritairement issue les classes moyennes aujourd’hui l’on voit dans les rassemblements, sensiblement les mêmes catégories sociales mais en bien moins grand nombre. La peur a peu ou prou succéder à l’émotion même si elle semble s’être intériorisée. Ce n’est plus les grandes messes rassembleuses parfois indécentes comme celles des gouvernants de la planète parmi lesquels on y avait vu les véritables donneurs d’ordre du terrorisme mondialisé bras dessus, bras dessous avec nos élites françaises.. Le régime socialiste a imposé l’état d’urgence empêchant les rassemblements en extérieur quels qu’ils soient, sauf les marchés de Noël pourtant très ouverts aux risques les plus divers. On se demande bien pourquoi on les autorise dans un cas et non dans les autres. Le danger est identique.

7c3849674ba160da9f4ce4a1fd562460La future conférence de la COP21 de la fin de semaine va mobiliser, au bas mot, 11 000 policiers pour une grosse centaine de personnalités, présidents ou 1ers ministres. L’ interdiction sur certains secteurs autoroutiers dans Paris et sa banlieue de toute circulation automobile risquent de perturber un peu plus les déplacements urbains dans la région parisienne, déjà passablement difficile avec l’état d’urgence et le plan vigie pirate. Tout indique que les rassemblements citoyens ne pourront s’exprimer. Nous sommes entrés dans une période dangereuse à tous les points de vue, démocratique avec l’état d’urgence, politique puisque avec un Fhaine ui risque de passer la barre des 30 % et sociale avec l’austérité et la casse du droit du travail ou bien encore la hausse du chômage.

breveon4814-9bf79Tout indique que la prochaine consultation électorale sera catastrophique pour les forces de la gauche radicale qui se présentent en ordre dispersé. Il nous sera bien difficile d’en faire un bilan tellement l’éparpillement des listes est grande. Ce qui parait à peu près certain, c’est la décomposition avancée du Front De Gauche, aggravée plus que jamais par des stratégies largement conflictuelles qui laissent beaucoup de militants et électeurs désabusés. On voudrait nous faire croire à une histoire d’égaux, non, c’est bien parce que les routes divergent que le Front De Gauche est en perdition presque partout, à quelques exceptions près. Certains n’iront pas voter, d’autre voterons blanc au premier et second tour. Le PCF a une nouvelle fois annoncé, avant les résultats du premier tour, qu’il s’allierait avec le PS au second tour. C’est son droit. Qu’il nous permet d’être farouchement opposé à cette trajectoire qui s’apparente plus à une sortie de route qu’à une entrée d’autoroute. Au train où nous allons, il n’est pas inimaginable, qu’au nom d’un front anti Le Pen, le PS, la droite molle et moins molle et le PCF fassent des accords en ce sens. Tout est possible. Nous avons déjà bien vu une telle entente au parlement sur le vote de la loi sur l’état d’urgence et sa prolongation de trois mois. Le PS tangue lui aussi. Valls et d’autres énergumènes libéraux socialistes encouragent des rapprochements avec la droite molle et le centre. L’entourage de Hollande serait aussi à la manœuvre avec des socio verts retournés.

Le PS va perdre sans doute la direction de la région des Pays de Loire. Il sera sanctionné sur sa politique anti sociale, son dedmoroz2 incapacité à faire reculer le chômage et tous les coups pourris que les salariés sont contraints d’endurer. C’est très bien ainsi. Le PCF, sans ses alliés du FDG sur la région, aura des difficultés à franchir la barre des cinq pourcents. Là aussi, juste retour de boomerang. Les Verts ont une nouvelle fois joué perso après s’être passablement étripés entre eux. La droite et l’extrême droite jouent chacun de leur côté gagnant comme le sera l’abstention ou le vote blanc et nul.

Personne ne peut prédire ce qu’il en sera en 2016. La guerre ou la paix, une société de l’arbitraire militarisée et de surveillance avec une prolongation annoncée de l’état d’urgence ou le retour à l’état de droit. Le pire n’est jamais certain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s