Second tour: vote blanc

le-choc-melenchon-610x380
Encore une fois, ils font mine d’être surpris par les votes de ce que l’on a coutume d’ appeler fort injustement le vote protestataire, en opposition aux votes que l’on pourrait considérer alors comme des votes d’adhésion. Si l’on ajoute les votes blancs et nuls et l’abstention de 50 %, nous avons un paysage électoral ou le vote contestataire représenterait 75 % des électeurs inscrits. On pourrait ainsi avancer l’hypothèse, pas aussi saugrenue que cela, que nous serions gouvernés par une petite minorité d’à peine 1/3 du corps électoral, droite 27 % et PS et ses appendices 23 %, ce qui correspond à 50 % de 50 %, c’est-à-dire 25 %. La démocratie telle qu’elle est n’est plus représentative. Le système a failli, il est à bout de souffle, sans plus aucune ressource. Les élus le sont par défaut. .Dilemme insurmontable pour nos élites dont le bateau prend l’eau de toute part, face à une colère sourde qui prend la plupart du temps des formes de résistance civile, de refus de voter ou de vote protestataire ou bien encore de désintérêt de la chose publique et de rejet de toute forme d’engagement politique.

3266191864_1_3_8GP5GSxvLe PS a été sanctionné comme on le prévoyait pour sa politique menée par le trio Hollande/Valls/Macron depuis quatre ans et demi. Rien de très surprenant dans tout cela, nous le disions depuis de nombreuses années. Il y avait eu plusieurs coups de semonce ces dernières années avec les municipales et les départementales qui auraient dû normalement déjà les alerter. Mais que nenni, rien. Nous avions à faire à une dictature de la déraison encouragée en cela par des alliés serviles appâtés par des accords électoraux comme un fil à la patte.

Le PS a pris définitivement les habits d’une droite libérale qu’elle assume à chaque décision qu’elle prend, ici en France, mais aussi à Bruxelles. Avec un peu plus de 23 % des voix, le PS commence sa longue descente aux enfers, mais soyons en convaincu, il résistera jusqu’au bout et ne se laissera pas dépouiller aussi facilement que cela. Le clan qu’il représente résistera jusqu’au bout, utilisera tous les outils en sa possession pour conserver ses privilèges et son pouvoir, ses équipes de notables bien nourries de la mondialisation capitaliste. Chacun voit bien dans sa stratégie du second tour et sa décision de se retirer de deux ou trois régions qu’une manœuvre destinée à faire croire qu’il serait simplement guidé par un souci républicain alors qu’il s’agit en fait d’une piètre manœuvre électoraliste. On sacrifie l’accessoire pour mieux conserver l’essentiel. En ligne de mire, bien évidemment,les présidentielles. Il s’agit là pour Le PS de gommer sa responsabilité écrasante dans montée du Fhaine qui est principalement la conséquence de ses politiques publiques particulièrement sauvages, anti sociales et son inféodation à l’Europe libérale de Merkel.

3266076368_1_3_3HojaDmTÀ Couëron, le PS reste malheureusement encore à un score assez haut de 38 % (50 % en 2010), les Verts 9,65 % (15,74 % en 2010), le PC 5,07 % était allié au PS au premier tour en 2010. L’extrême droite passe de 4,87 % en 2010 à 15,74 % en 2015. Les votes blancs et nuls sont particulièrement importants avec 6,84 %.  L’abstention, blancs et nuls pèsent au total 52,20 %. En réalité, il y a donc eu 41 % des électeurs inscrits qui ont réellement voté. Côté Verts le score sur notre commune est en baisse  de 5 % comme celui du PCF qui avec ses 5 % semble très loin de retrouver ses scores précédents, variant entre 10 à 12 %. C’est un échec retentissant. Il n’aura plus d’élus à la région puisqu’il n’a pas atteint les 5 % mais un insignifiant 3,50 % en Pays de la Loire. Il paie plein-pot son sectarisme, son aveuglement, ses connivences malsaines avec le PS de droite et son manque de volonté d’union avec les autres partenaires du Front De Gauche, même si la responsabilité est partagée. Comme cela a été dit dans un précédent post, le PCF est en mort clinique. Aura-t-il les ressources pour se ressaisir. On verra. Ce n’est pas gagné. Les déclarations de Pierre Laurent au soir du premier tour ont été sans grand intérêt, inaudible aux yeux de l’électeur, ambigu, excepté la 3258338964_1_3_qg2Y3kKVdécision d’en appeler à la fusion ou au vote PS au second tour. Ceux que l’on vouait aux gémonies hier sont devenus de grands amis. ce style de pirouette à de plus en plus de difficulté à trouver grâce auprès de l’électeur. Rien ne le justifiait. Il en va de notre crédibilité. L’alliance technique, le rassemblement républicain que l’on découvre lorsque l’on est au bord du gouffre ou tout autres carambouillages, élaborée à la va-vite autour d’une table pour se répartir des places, n’a aucun sens moral.

trompeAu second tour, le temps du jeu tactique et des marchés de dupes est fini. Nous sommes au pied du mur. Aucune voix ne doit se porter sur le PS, qu’il soit seul ou avec ses amis Verts rosés ou bien pâles, ceux du PCF de Pierre Laurent, du Parti de Gauche de Mélenchon ou d’Ensemble . Pas de confusion, chacun avec ses armes, il s’agit tout simplement de dire stop. Le PS qui avait la presque totalité des lieux de pouvoir, du président de la République aux régions, les départements, les communautés urbaines et une majorité de communes, a tout simplement trahi. Il doit en payer le prix. Le vote blanc s’impose ou au pire l’abstention.

Dans ce contexte, rien ne sert d’invoquer la République ou d’appeler au rassemblement de la gauche. Pour vivre, la République doit être refondée en devenant participative et sociale.

Quant à la gauche, la question n’est pas tant de la rassembler que de la reconstruire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s