TOUT VA BIEN SUR LES QUAIS, HIER !

service20public20economie20dette20crise20etat

Rappelons-nous, en portant plainte il y a quelques semaines contre le syndicat CGT (qu’en est-il de cette plainte?) venu protester contre la remise en cause de leurs droits syndicaux, les élus socialistes avaient déjà complètement perdu le sens de la mesure. La presse locale s’en était fait l’écho (Ouest-France du 29 février 2016) « violence morale et la portée symbolique induite dans ce lieu (la salle de l’estuaire) par un tel geste et un tel objet. rififi-coueron-les-elus-portent-plainte» (cercueils représentant la mort de leurs droits syndicaux)… Parce que cette salle disaient les élus P »S », « accueillait le cercueil de Jean-pierre Fougerat, ancien Maire », quelques mois auparavant. « Violence morale à l’encontre de la démocratie et de la république au sein du Conseil municipal. » ajoutait la municipalité. On peut mesurer le degré d’ineptie et de connerie dites par ces gens-là (les élus P »S » de Couëron) qui n’ont aucune notion de la valeur des mots et des propos qu’ils tentent de nous faire avaler. Il s’agissait pour les représentants du personnel, simplement et sans arrières-pensées aucune, de lier la symbolique du cercueil à la mort de leurs droits syndicaux. La Municipalité va encore plus loin dans le déni démocratique, n’a pas le moindre bon sens et pas plus de respect à l’égard des riverains du Quai Emile Paraf qui,  fort à propos, protestent (voir Ouest-France du 23 mai 2016) contre le changement de nom imposé à la hussarde, sans aucune concertation ou démarche auprès d’eux.

biennale d'art contemporain Estuaire 2009La municipalité récidive en faisant du 28 mai, une journée d’hommage en grande pompe et à grand frais à l’ancien Maire Jean-Pierre Fougerat. Commémoration qui verse dans une sorte de culte de la personnalité et de ferveur malsaine tout autant que dans la récupération politicienne. Dans une période où l’austérité budgétaire forcenée du P »S » libéral déconstruit le service public, la gesticulation politicienne n’est certainement pas de mise. L’intéressé ce serait d’ailleurs certainement amusé d’un tel déferlement de faux-semblants ou d’y reconnaître autant de faux-cul lui courir après.

Le Maire Jean-René Morandeau, décédé en 2013, n’aura pas eu l’hommage qui aurait pu lui être donné. Il était tout aussi, même plus chaleureux et proche de ses concitoyens que bien d’autres. Mais, l’un n’était qu’un politique tel qu’il n’en existe quasiment plus aujourd’hui, l’autre n’était qu’un politicien de son temps. C’est toute la différence. Même dans la mort les hommes restent inégaux.

Le travail des historiens est à faire. Deux décennies de mandature mériteraient qu’un inventaire soit engagé, sans parti-pris. On serait alors peut être étonné par la vacuité du bilan.

Pour le moment, nous restons dans l’idolâtrie d’élus en mal de repères, le P « S » dans la récupération émotionnelle. Ils n’ont plus que ça à nous vendre.

marianne-ivre-88ae5Le P »S» est disqualifié et en perte de crédibilité. Il tente par tous les moyens de sauver ce qui peut l’être encore. A l’approche d’un séisme électoral qui pointe vraisemblablement en 2017, tout est bon a prendre, y compris la manipulation de l’émotion. Dans ce registre, nous ne sommes sans doute pas à la fin de nos surprises. La bête se défendra par tous les moyens jusqu’au bout. N’oublions pas que Mme la députée Karine « Ayrault » à sa place à conserver, Hollande la sienne. Sur Couëron, le marketing se substitue à l’émotion ou plus exactement, il lui sert de marche pied. L’objectif final est de rester dans la course et surtout de conserver les 2000 électeurs qui ont voté (ENCORE) P »S » il y a quelques semaines. Le reste pourrait paraître purement anecdotique, mais il ne l’est pas, car, c’est bien avec l’argent du contribuable que nous assistons à ce spectacle qui pourrait devenir indécent à bien des égards, aux Couëronnais qui tirent « le diable par la queue. ». Et ils sont nombreux.

Alors que s’annonce des plans drastiques d’économie et l’augmentation des impôts, de suppression de services et d’emplois municipaux, plusieurs dizaines certainement, si l’on compte ceux et celles qui ne sont pas ou ne seront pas remplacés, la municipalité socialo libérale de Couëron masque grossièrement sa gestion municipale qui n’a rien a envier a celles des municipalités de droite. Tout démontre que nous assistons à une fin de règne, d’un parti dit « socialiste » qui n’a plus aucune perspective d’avenir, pas plus que d’idée de gauche et a perdu le peu de valeur qui lui restait.

L’hypocrisie et le mensonge sont leurs seuls ressorts. Il serait temps de mettre un terme à l’épopée de cette fausse gauche !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s