Conseil municipal du 22 juin

austérité2-960x340Nombreux absents dans le camp du parti socialiste à ce conseil municipal. On en a décompté une dizaine dont deux n’avaient même pas donné leur procuration. Il aura fallu toute l’attention des élus d’opposition de la liste à Gauche Autrement pour qu’un décompte honnête soit effectué. C’est-à-dire que la tentation de tricherie existait bien.

Pas de surprise non plus lors de l’examen du compte administratif 2015. Examen laborieux sur un dossier mal ficelé, un amoncellement de chiffres pas très bien ordonnés qui laisse pressentir une volonté de ne pas communiquer en transparence les vrais comptes. Il est quasiment certain, qu’excepté une minorité d’élus bien au fait de cet exercice comptable, les 95 % restant n’’y comprennent pas grand-chose. L’autre attitude consiste à en technocratiser les enjeux pour les transformer en questions strictement techniques. Alors, on en profite allègrement pour dire tout et son contraire. A ce stade, il faut se frayer un chemin dans les chiffres et faire le boulot qui aurait dû l’être par l’actuelle municipalité.

Le mot est lâché, nous sommes dans une période de contraintes financières nous disent-ils. Mais, contrainte pour qui ? Pour la majorité des salariés, bien évidemment, certainement pas pour les Banksters et ceux du CAC 40. Le service public est la peine. Couëron ne déroge pas à la règle. Les élus de la majorité municipale préfèrent se mettre la tête dans le sac et ne rien voir. Pas plus sur la fermeture de la restauration du Centre Aéré de l’Erdurière ou de la fermeture programmée en 2020 de la crèche familiale, avec au total la disparition de 23 emplois. Pourtant, chez ses gens là, l’auto congratulation est de règle. C’est un exercice dans lequel les élites municipales excellent. Ils ne voient même pas la tempête qui gronde.

Morosite3_mLes élus d’oppositions l’ont rappelé, on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres. Et bien entendu, nos fauxsocialistes locaux et leurs supplétifs ne s’en privent pas. Il n’y a pas de statistiques comparatives d’une année sur l’autre, très utile pour comparer les communes de la même strate ou les évolutions internes entre dépenses et recettes, en fonctionnement comme en investissement. Il faut aller puisez ces éléments sur internet. Les données officielles de la DGCL (direction générale des collectivités locales  lien ici) ne sont pas tout à fait identiques avec celles fournies aux élus municipaux. Allez donc savoir pourquoi ? Qui dit vrai ? Pourquoi ces écarts ?

hotel vert

Si les impôts n’augmentent pas au niveau des taux, ils augmentent mécaniquement, d’une manière ou d’une autre, par le truchement de l’augmentation des bases, mais aussi par les diverses dispositions fiscales décidées par le gouvernement, Nantes Métropole ou la Région. En consultant sa feuille d’impôt, aucun couëronnais ne nous contredirait. Ils n’y a que les élus de la majorité municipale pour ne pas s’en rendre compte. L’augmentation de la section de fonctionnement est quasiment nulle. Faut-il s’en féliciter ? Pas certain car, elle cache un vrai recul du service public. L’écart grandit entre notre commune et celles de la même strate. Les ratios sur 2015 n’étant pas encore disponibles, nous nous référerons à ceux de 2014 déjà éloquents et qui reflétaient le décalage de la commune par rapport aux autres collectivités de la même strate. En dépense de fonctionnement, Couëron dépensait     1 051€ par habitant et pour les villes de la même strate 1 224€. 2015 devrait de toute évidence voir ces écarts se creuser. Cette stratégie conduit à une détérioration du service public. Cette austérité revendiquée, c’est moins pour l’entretien des bâtiments, moins pour le scolaire, le sport, pour les associations ou la culture.

1455824567-p3hAvec un million neuf cent mille d’euro d’investissement sur 2015, on notera le très faible montant d’engagement. Par habitant, en 2014 Couëron dépensait 216€ et la moyenne de la strate était de 321€. Que dire des 95€ de dépenses d’investissement par habitant sur 2015 ? Nous ne serons sans doute pas très loin d’avoir le pompon de la « médiocritude ». Couëron n’emprunte pas, Couëron n’investit pas. Une commune qui prend du retard dans la réalisation de ses investissements est une commune qui régresse. Il n’est qu’à regarder l’état de la place de la mairie ou l’état catastrophique du bourg de Couëron, l’état de certains bâtiments communaux, de l’Erdurière ou la salle de la fraternité, du mille club…. Triste constat! En prétextant faussement qu’il s’agirait d’une année de transition, la municipalité biaise. L’argument ne tient pas. C’est oublier un peu vite que les opérations d’investissement de la période 2015-2021 ont été grandement décidées sous le mandat précédent, ou en sont une poursuite comme le groupe scolaire de la ZAC centre bourg, du terrain de foot ou la piste d’athlétisme… La commune voit son environnement se dégrader inexorablement, à l’image de la place de la Mairie ou de la voirie communale. Il faut y voir de l’inertie, de l’incompétence et un manque de sérieux des élus majoritaires. Tous ces retards conduisent à des coûts supplémentaires.

Nous avons une équipe municipale petit bras, tournée exclusivement vers son passé. Preuve qu’elle n’a pas grand-chose à proposer pour le présent ou l’avenir, sinon l’austérité et le chômage.

Le bilan 2015 de l’équipe municipale du PS et de ses alliés est, sans conteste, bien pâle. Aucun investissement sur 2015 et de ce que nous pouvons également constater, pas grand-chose en 2016. Fermez le ban.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s