Loi Konnerie : plus jamais socialiste libéral!


breveon5123-749c3Ils ont dégainé une seconde fois leur 49-3. Ils continuent et continuerons de tirer à boulets rouges sur tout ce qui bouge. Durant ces quatre derniers mois, nous avons subi tous les coups pourris et fait face aux manipulations les plus inimaginables. La cible principale, les salariés, leurs syndicats de lutte CGT et FO en tête et leurs droits sociaux. C’était l’objectif donné par l’Europe de Merkel. Ramener le travailleur français au même rang que le travailleur détaché avant d’aller encore plus loin dans la précarisation et la pauvreté généralisée. En servile toutou, Hollande s’est exécuté. C’est le bon chien-chien la finance, son amie.

Hollande et le gouvernement Valls ont décidé de passer en force le projet de loi « El Konnerie » à l’assemblée nationale. On a un bel exemple de démocratie sociale dans ce pays. C’est un bras d’honneur donné à l’image, déjà bien pale, du dialogue social, pour peu que certains y croyaient encore. Les syndicats largement majoritaires qui mobilisaient et manifestaient depuis des mois en sont pour leurs frais. La défaite est sévère pour des salariés qui vont se retrouver la plupart du temps sans filets de protection, face à des employeurs qui n’en demandaient pas, pour certains, autant. C’est une victoire en demi-teinte pour les syndicats de luttes, au regard des mobilisations qui ont été très importantes, unitaires, multiples et variées, autant dans le privé que le public et qui ont perduré dans le temps. Mais hélas, ces luttes n’ont pas été assez puissantes pour contraindre le pouvoir socialiste à retirer son projet. Face à un gouvernement de combat, despotique s’il en était, bien décidé à faire mordre la poussière aux récalcitrants, les salariés se sont retrouvés démunis. Mais, ce n’est que partie remise. Ils ont essayer de tuer le mouvement social, c’est raté. Il en sort plus unis et plus rassemblée, la tête haute. Le boomerang sera à la hauteur de la rancœur et de la colère amoncelée durant ces quatre mois et plus globalement depuis ces quatre dernières années.

s1.qwant.com code travail 2Nous n’aurons pas très longtemps à attendre pour constater les premiers effets pervers de cette loi. Les syndicats de lutte comme la CGT ou FO, Sud , la FSU, les étudiants et les lycéens ont, dans l’unité, mené un combat exemplaire. Ils sont l’honneur de notre société. Les lâches et les corrompus comme la CFDT ou la CFTC se sont comportés comme les gardes-chiourme du MEDEF et des socialistes. Ces socialistes nous démontrent de quoi ils sont capables pour défendre les intérêts du MEDEF, du CAC 40, des banques et de l’Europe de Merkel, bien aidé en cela par leurs capots de service.

L’assemblée nationale est réduite à n’ être qu’un spectateur muet de la tragédie qui se déroule. De ce qui reste de force de gauche, ils ont tenté de déposer une motion de censure. il n’y aurait eu aucun scrupule à voter, si nécessaire et avec conviction, la motion de censure d’où elle venait. La droite a annoncé ne pas en jouer, laissant le PS et les frondeurs se déchirer, sous le regard des pas assez nombreux députés de gauche et écologistes qui s’opposaient à la loi  » Konnerie ». Le fruit PS est pourri, les droites attendent qu’il tombe. Ils n’ont même plus besoin d’en faire plus.

Les frondeurs étaient au pied du mur. Ils ont tenté une fois de plus de botter en touche comme nous le pensions, trop contents d’éviter d’ assumer les conséquences d’un vote de la motion de censure. De son côté, le PCF avaient rejeté à l’ avance les votes de la droite. Les jeux étaient donc fait. Le pouvoir pouvait dormir tranquillement sur ses deux oreilles. Dans ces conditions, la loi  » Konnerie » ne pouvaient plus qu’être rapidement et lâchement adoptée. Les Frondeurs où de ce qu’ils en restent sont définitivement décrédibilisés. Ils resteront dans la nasse sociale libérale opportuniste comme des chiffons de papier, sortes de guignols tout juste utiles à jouer la bonne conscience de ce qui reste encore de social au PS libéral. Fin de partie. Hollande et Valls les ont définitivement mis hors-jeu. Il ne leur restera qu’à rentrer dans le rang, ce que la plupart feront, ou à en tirer les conséquences, démissionner du PS libéral. Il n’y en aura sans doute pas beaucoup. On prend les paris.

ClvKTmWXIAA72NDÉvénement historique s’il en était, qui voit des représentants dits de gauche (en fait de droite, les plus à droite) se défaire leur manteau social-démocrate pour prendre pied dans un social libéralisme teinté d’autoritarisme. Le pas est franchit. Le PS, c’est peu ou prou du Sarkozy hard. Même hargne à l’égard des salariés, même mépris à l’égard de toutes celles et ceux qui avaient voté PS en espérant que la finance serait bien leurs ennemis, même dédain pour les sans dents, même lâcheté dans l’attitude, même violence institutionnelle. Une bataille perdue n’est pas une guerre perdue. L’affaire n’est pas encore pliée. La lutte s’inscrit dans le temps, sous d’autres forme en harcelant le pouvoir, ses représentants, le PS, ses élus, là ou ils sont. Il s’agit de faire vivre la désobéissance, sous toutes ses formes. Le contrat social est enterré. Ils doivent payer le prix de leur trahison.

CmNfIA4WQAAuiTN.jpg:largeD’ores et déjà, pas une voix doit aller aux candidats du PS, ni à la présidentielle, ni aux législatives, dès le premier tour. Ils doivent être éliminés, si ce n’est pas le cas le second tour sera leur calvaire. Le chantage au Front national n’est qu’un épouvantail utile pour ramener les électeurs au bercail. Ce coup-ci, ce subterfuge ne fonctionnera pas. Le Fhaine est l’enfant légitime du PS et de la finance.

Pour se réinventer, il faudra que meurt ce monstre anti social qu’est le P S libéral de droite. Pas plus, pas moins.

Signataires de la motion de censure : Ils méritent notre reconnaissance

Lurence Abeille, Sylviane Alaux, Brigitte Allain, Pouria Amirshahi, François Asensi, Isabelle Attard, Danielle Auroi, Philippe Baumel, Laurent Baumel, Huguette Bello, Michèle Bonneton, Jean-Pierre Blazy, Alain Bocquet, Marie-George Buffet, Jean-Jacques Candelier, Fanélie Carrey-Conte, Patrice Carvalho, Nathalie Chabanne, Gaby Charroux, André Chassaigne, Dominique Chauvel, Pascal Cherki, Sergio Coronado, Marc Dolez, Cécile Duflot, Hervé Feron, Aurélie Filippetti, Jacqueline Fraysse, Geneviève Gaillard, Linda Gourjade, Edith Gueugneau, Benoït Hamon, Mathieu Hanotin, Christian Hutin, Serge Janquin, Romain Joron, Régis Juanico, Jérôme Lambert, Jean Lassalle, Christophe Léonard, Jean-Luc Laurent, Noël Mamère, Alfred Marie-Jeanne, Jean-Philippe Nilor, Philippe Noguès, Christian Paul, Michel Pouzol, Patrice Prat, Barbara Romagnan, Jean-Louis Roumégas, Nicolas Sansu, Eva Sas, Gérard Sebaoun, Suzanne Tallard, Thomas Thévenoud, Paola Zanetti

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s