Élections 2017 -1-

 

Quand bien même 50 % des électeurs traînent les pieds ou vote blancs, personne ou presque ne peut dire qu’il n’est pas au courant qu’en 2017 se dérouleront deux élections, les présidentielles et les législatives. D’abord, les présidentielles et dans la foulée, les législatives.

Primaires : la fabrique des fous

Les élections primaires percutent nos institutions : elles installent une improbable foire aux ego et perturberont le prochain quinquennat.


nicolas-sarkozy-chasse-fonctionnaires-2017Tout ce que compte « la classe politicienne » dans ce pays s’active, gesticule en espérant être parmi les heureux élus. Les assoiffés de la désinformation sont tous sur le qui-vive, les opérants institutionnels, sondeurs d’opérettes, journalistes mercenaires, experts de la corne à tourner le vent, presse vomissure de nos 7 mercenaires milliardaires, télévisions au service des puissants, tout le banc et l’arrière banc des privilégiés se mobilisent pour conserver leur place et les avantages qui vont avec. Le MEDEF n’est pas en reste ni les multinationales, la Commission européenne et les banquiers qui bien à l’abri dans leurs tours d’ivoire tirent les ficelles et subventionnent les écuries qu’elles se sont choisies.


On nous assure que la modernité passe par un essorage des prétendants dans chaque écurie. La primaire comme procédure éliminatoire comme aux Jeux olympiques. Sauf que nous ne sommes pas dans une course ni dans une compétition sportive lambda, mais dans un exercice démocratique. Ce n’est ni un jeu de loto ni de grattage. Il n’y a pas dans notre paysage politique qu’une droite de droite et une gauche de droite, qui bon an mal an, font la même chose. Heureusement, des partis résistent, pas beaucoup certes, pas assez nombreux et surtout souvent isolés, jouant parfois les uns contre les autres.

nk2otzkt881cdkc54wwel_qoenm500x363Durant la dernière décennie Sarkozy et Hollande nous ont fait quasiment la même politique ou à peu près la même, anti sociale, favorisant le capital au détriment du travail, priorisant l’offre à la demande. La loi Khomri en est un des symboles. L’extrême droite est à l’affût, ce qui conduit la droite à en être qu’une variante, une sorte de droite dure qui  se rassasie de plaisir des politiques anti sociales du parti socialiste libéral et qui conduit tout ce petit monde à en rajouter à l’infini avec les remèdes de cheval que l’on connaît. On en a déjà des exemples que ne cessent de répéter les gardiens du temple : retraite à 65 ans voir plus, suppression du contrat de travail, du SMIC, retour aux 40…41…42.. heures ou plus, suppression de tout ou partie des congés légaux…

hollande-defaite-2017Chez les socialistes sociaux-libéraux, la foire d’empoigne est de mise. Chacun ressent bien qu’il ne restera pas grand-chose à manger sur la bête. En se présentant, Hollande espère non pas gagner, mais sauver son parti d’un séisme électoral annoncé et éviter une disparition possible. Côté « frondeurs » et de ce qui reste des socialistes sociaux-démocrates, on joue toujours à ceux qui veulent casser la baraque, mais qui n’en feront jamais rien, on l’a bien compris avec le 49-3 et la loi Khomri. Ils essaient surtout de sauver ce qui peut encore l’être, récupérer le PS dont ils espèrent gérer le fond de commerce et garder leurs mandats de députés. Rien n’est, d’ailleurs, aussi sûr. Comme dans un congrès du parti socialiste la foire d’empoigne ne sert qu’à amuser la galerie. Ils finissent toujours par se rabibocher dans l’éternel slogan attrape nigaud : tous contre la droite et l’extrême droite. Si Hollande peut se la jouer encore gagnant à la primaire, il la joue très probablement perdant sur le coup d’après.

3258338964_1_3_qg2Y3kKVChez les verts, il y a ceux qui sont passés à la concurrence, au PS avec armes et bagages, c’est à vomir. Les autres se dirigent vers une primaire incertaine. Le parti est en liquidation.


images primaires PS PCFAu PCF, on joue la montre. Il faudra attendre novembre pour en savoir un peu plus et encore ce n’est pas certain. Une majorité de la direction du parti maintien son cap du TSM (tout sauf Mélenchon) mais semble avoir beaucoup de difficulté à faire passer le message parmi les militants. Heureusement ! Dans un premier temps, le PCF annonçait être favorable à la primaire, quels qu’en soient les contours et les candidats, puis ensuite favorable à une primaire de toute la gauche mais sans Hollande. Si l’on parlait d’une votation citoyenne en octobre sur « les bases d’un pacte commun possible sur une alternative de gauche en 2017 », il semble bien qu’elle ne verra sans doute pas le jour. On peut se demander d’ailleurs sur quelles bases, avec qui et quels candidats pour porter cette base. Le PCF passe son temps et son énergie à jouer les équilibristes, tergiverse, une base n’étant pas un programme et faisant comme si l’Humain d’Abord n’existait pas, s’érige en donneur de leçon sur la nécessité impérieuse de se rassembler alors qu’il ne cesse de jouer la division, ne pensant qu’à sauver son groupe à l’Assemblée nationale. D’une manière ou d’une autre, il faudra bien qu’il tranche. On sait déjà qu’il a fait l’impasse sur la présidentielle et qu’il se la jouera petit bras, jouant le renferment et l’isolement. Si au final, il se résout dans la douleur à faire voter Jean-Luc Mélenchon, on sait aussi qu’il négocie en « lousdé » avec le PS le maintien de ses députés, qu’il a rencontré Montebourg, pourrait se contenter de Taubira. Beaucoup au PCF ne veulent pas donner le sentiment qu’ils se « rallient » à la candidature de La France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon. Notons que personne ne le leur a demandé. Ce serait d’ailleurs une bien mauvaise manière de faire vis-à-vis du PCF et aussi un cruel manque à gagner pour La France insoumise. Mais constatons aussi que election-portugal-1-300x242le temps passant, cette porte de sortie va rester, au final, la seule praticable. Cette séquence risque renvoyer une image du PCF en déshérence et conduire à un nouvel affaiblissement aux législatives et sénatoriales qui suivront. Il se pourrait bien qu’il connaisse un retour de flamme, qu’il n’ ait plus aucun élu du PCF dans ces assemblées. Pas de chance ni au tirage ni au grattage.


Nul ne peut être dupe de toutes ces manœuvres car elles nourrissent et participent de la grande désillusion démocratique qui menace de tout emporter. Le primat de la boutique sur le politique est d’une inconséquence grave et doit être combattu d’où qu’il vient.

 1eroctobrenantes-bandeau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s