Élection Présidentielle 2017 (4)

Droite : un programme extrême !

cs2jchzueaavl58La primaire de la droite risque de se terminer en eau de boudin. Comme les clowneries ne semblent plus suffire pour amuser la ménagère de plus de 50 ans, voilà que pour départager les soi disant deux protagonistes déjà qualifiés du second tour, Sarkozy et Juppé, il se pourrait bien que certains partisans de la dite gauche social-libérale aillent voter pour faire perdre ou faire gagner l’un des deux compétiteurs.

Manipulation ou coup de bluff de la classe politique prête à toutes les crapuleries pour en arriver à ses fins, tout est possible. Ce qui reste des électeurs au PS semble déjà avoir intégré qu’aucun candidat PS ou de cette mouvance ne sera au second tour de la présidentielle. Ayant probablement déjà anticipé cette donnée, par dépit ou par peur ou les deux à la fois, ils préféreront un candidat imaginé de moindre mal au second tour, plus lisse et moins corrompu, c’est-à-dire Juppé pour s’opposer au Fhaine. Gageons également que cette idée machiavélique pourrait bien aussi germer dans la tête des électeurs potentiels de la droite et des Le Pen, chacun jouant, alors, contre chacun. L’opération consistant faire battre ou gagner ceux qui pourraient nuire ou aider à satisfaire ses propres ambitions. L’on voit bien l’inutilité de primaire destinée à régler les problèmes d’ego entre les postulants d’un même clan et par ricochet faire perdre l’ennemi de son ennemi, ce qui reviendrait alors à tenter de faire de l’autre un perdant ou potentiel perdant, en quelque une sorte un jeu à trois bandes.

44866-hr« La primaire n’offre que le confort de la tactique politicienne à la place de l’effort de la politique ». La formule d’Alexis Corbière fait mouche par sa justesse. Que l’électeur de « gauche, ou pas, puisse aller voter à la primaire de droite et réciproquement, ouvre la porte à tous les comportements stratégiques, à toutes les manipulations. La démocratie, ce n’est pas cela. Si l’on voulait qu’une primaire soit démocratique par pure hypothèse, alors il fallait la réserver aux seuls militants d’un parti. Car, la démocratie passe toujours par la combinaison d’un choix et d’une responsabilité. Il faut déterminer l’espace du jeu démocratique. La démocratie, en réalité, impose des frontières, que ces dernières soient politiques, comme dans le cas d’une « primaire » ou que ces dernières soient nationales

cthrnbjwaaayzt4Pas certains que cette solution soit du goût des dirigeants du PS et de Hollande, si tenté qu’il soit candidat et gagnant de la primaire du PS, qui préférerait mille fois avoir à faire à Sarkozy, contre lequel, il pousserait un candidat du Centre à se présenter, et contre lequel il pourrait utiliser une kyrielle d’affaires propres à faire exploser le candidat de Sarkozy en plein vol. Hollande est-il en capacité de peser sur cette démarche. Pas certain.

Dans ce déballage de la droite où le combat des egos tient lieu de ligne de conduite, il n’est pas question de débat d’idées et encore bien moins de programme, mais d’éliminer un concurrent. Les instituts de sondage ne sont là que pour valider la procédure, manipuler l’opinion en fonction des intérêts des uns et des autres et de ceux qui paient la facture. Tous les candidats de droite sont sensiblement sur la même ligne politique, très à droite économiquement et encorefilmchefsdefamille plus la droite lorsque qu’il s’agit aborder les questions de l’immigration, de la sécurité ou de l’identité nationale qu’ils utilisent pour exacerber les rancœurs et les haines. Chacun se sent obligé d’en rajouter, vomissant un racisme de comptoir et autres propos de caniveau. Ce qui les sépare peut se résumer au nombre de fonctionnaires qu’ils mettent dans la corbeille de mariage, que les uns et les autres pourraient supprimer dans les premiers mois de leur exercice présidentiel, si malheureusement l’un d’entre eux était élu : de 200 000 à 500 000 suppressions de postes. Une bagatelle qui ravit le MEDEF, les milliardaires du CAC quarante et l’Europe très libérale de Merkel.. Les fonctionnaires sont prévenus et les usagers du service public aussi, c’est-à-dire la majorité des Français qui risque bien de constater qu’il manque d’agents dans les services publics, dans les postes de police ou les gendarmeries, dans les Palais de Justice, dans les hôpitaux, dans les établissements scolaires, de la maternelle à la faculté… Peu de différence les sépare donc. Ils déclarent tout leur amour indéfectible à l’entreprise. Ils se sont trompés d’élections. Ils devraient candidater pour le siège de président du MEDEF. À ce petit jeu-là, Gattaz serait le meilleur des candidats de droite. Ils les inspirent tous, tout comme il inspire également Hollande et sa clique.

Quel que soit le gagnant du loto de la primaire, les rancœurs risquent d’être ténues entre Sarkozy et Juppé, surtout si Juppé sort victorieux de ce challenge, tel que les médias tentent de le vendre au public, avec les voix supposées ou réelles des électeurs du PS. Dans cette hypothèse-là, tout est encore possible. L’inverse est tout aussi vrai, si Sarkozy l’emporte, un possible candidat du centre pourrait lui siphonner des voix et le mettre en difficulté. Pas certain là non plus que Juppé joue le jeu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s