Présidentielle 2017 (5) Primaire de la belle arnaque

Après de nombreux rebondissements, coups de patte et hennissements sans suite, le Grand Prix de la Belle Alliance sociale libérale du PS devrait quand même se tenir.

20160419-cheval-basculeLes juges en ont décidé ainsi après un échange fructueux de bons procédés et renvoi d’ascenseurs. Les uns fermeront les yeux ou regarderont ailleurs, les autres mettront des œillères pour éviter de voir les cinq années de trahison et renoncement ou encore retiendront leur monture. Ces bons procédés entre faux adversaires, concurrents parfois, mais au final complices est de tradition dans ce milieu. Nos jockeys ont l’habitude de brosser leur monture dans le sens du poil. Pour service rendu, les meilleurs recevront en échange une circonscription à leur mesure. L’honneur est sauf, la morale moins. Les parieurs, comme c’est souvent le cas dans ces circonstances, en seront pour leurs frais. La course est truquée. Ils le savent bien, mais la passion du jeu est une véritable addiction. Peu importe le prix à payer, on espère toujours gagner et toucher la récompense. Sauf que cette fois-ci, l’obstacle est de poids. Les bookmakers ne leur donnaient pas beaucoup de chance de victoire, même pas placé dans les trois premiers de la finale, c’est-à-dire mission impossible. Ils n’ont qu’à pas jouer me dit mon voisin de comptoir, habitué aux tuyaux foireux et vaines promesses du palefrenier qui en connaissait un rayon sur ce monde de la cravache. C’est le seul qui savait pourtant murmurer aux oreilles des chevaux. Les petits arrangements entre amis sont quand même autorisés, les gros propriétaires versent plutôt dans le délit d’initié, paradis fiscaux et autres babioles de ce genre.

20160301-salon-agriculture-1024x789L’état du terrain étant toujours grandement catastrophique, les ramasseurs de crottes et les préposer à la désinformation feront feu de tout bois pour boucher les trous et préparer les esprits fragiles à tenir le choc. Tout devrait être en ordre le jour de la course. Les pronostiqueurs sondagiers sont déjà en transe. La machine à décerveler va fonctionner à plein. Les gros propriétaires, certains de leurs extravagantes prérogatives et immunités quasiment éternelles de milliardaire de la pensée unique, ont déjà réservé pour plusieurs mois à l’avance, une grande partie du cerveau libre de la ménagère de plus de 50 ans. Les plus jeunes sont relégués à regarder sur leurs smartphones la fin de la partie, entre deux poses grassement octroyées par les stakhanovistes de la main d’œuvre précaire. Beaucoup s’en foutent, préoccupés essentiellement à finir les fins de mois qui commencent souvent à partir du 10. Ils sont amers, résignés, prêts à tout pour sortir de l’ornière dans laquelle ils sont. Pas question pour eux de jouer dans cette course, ils préféreront, au pire, parier sur l’amazone casaque bleue, qui tous les jours fait la une de tous les journaux et les chaînes de télévision. Mais rien n’est jamais certain. Ils ont appris à se méfier des mauvais canassons, transformés en égérie le temps d’un spot publicitaire à plusieurs centaines de milliers d’euros. Quand on aime, on ne compte pas semble dire les propriétaires milliardaires de la haute technologie de l’information.

ob_531a82_midi-libre-caricature-la-une-de-charliChichement doté par la sueur de millions de petites mains et de sans-abris, le prix de la Belle Arnaque donne toute l’apparence d’une confrontation à la loyale, mais les dés sont pipés depuis fort longtemps. C’est la même écurie qui entraîne tous les canassons et le même propriétaire qui drivent tous les cavaliers. Sept ou huit chevaux sont au départ, d’autres attendant la grande finale de Mars, le Grand Prix de l’Élysée. Casaque verte fait acte de présence. Il broute l’herbe, tout disposé à avaler aussi la crotte. Il en a pris l’habitude. Il est satisfait. Il sera dans la cour des grands, sans Rugir et même dernier de la classe, il compte bien avoir la récompense promise par son maître. Les autres ont quasiment tous la même casaque. Entre rose très pâle au rose un peu plus foncée, un dernier tirant même sur le bleu marine. Il y en a un, placé au centre, fagoté comme un panneau publicitaire, un côté orange et de l’autre rose.

La course semble être jouée avant d’avoir commencé. Sauf si le favori est déclassé avant le départ ou chute le jour de la course sur l’obstacle du 49-3 ou de la loi Khomri, il sera assuré de l’emporter. À peine arrivés, tous ses concurrents vont s’empresser de le féliciter. La seconde manche sera pour l’honneur. Les parieurs seront très largement satisfaits même si cette course ne rapporte pas grand-chose. Ils sont assurés de conserver leur mise et leur place encore un peu. Les indécis et les spectateurs, biens moins, parce qu’ils connaissent le mangeur de foin et ses coups de patte en vache contre ses propres supporters d’antan…

Morosite3_mLa véritable compétition pourra alors s’engager. Avec ce cheval et ce jockey, même s’il est en surpoids, il faut s’attendre à tout. Comme spécialiste de l’entourloupe, du bidonnage ou des coups tordus, on ne fait pas mieux. Il faut qu’il arrive, au pire, second lors de la première manche de la finale du Prix de l’Élysée. Quitte à le goinfrer de vitamines et autres substances énergisantes, il compte bien y arriver.

Mais là, c’est une autre affaire. Il a perdu toutes ses courses depuis cinq ans et l’on ne voit pas ce qui pourrait changer. Pour l’instant, il est donné perdant dans tous les cas de figure. Tant mieux. On respire. Il finira, au mieux, sa carrière dans un cirque. Les plus frustrés pensent à l’équarrissage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s