Tout Sauf Mélenchon, le pari du PCF !

image
La décision de l’appareil du PCF à la conférence nationale du 5 novembre est sans appel. Aux présidentielles de 2017, ça sera tout sauf Jean-Luc Mélenchon.

Une bonne moitié de l’appareil le hait, nous en un avons un bel exemple sur notre commune du 44. Soyons-en conscient. Les partisans du tout sauf Mélenchon version 2017 sont les mêmes qu’en 2012. Ils n’avaient déjà pas voté pour lui. Par dépit ou rancœur ou les deux à la fois, ils avaient préféré le PS dès le premier tour de la présidentielle 2012. De propos péremptoires sans appel aux sempiternelles ragots de caniveau, la haine était déjà perceptible. Elle n’a fait qu’empirer. D’où vient-elle. Quelle est son ressort ? Elle reste encore partiellement un mystère. La seule explication plausible et rationnelle, la peur d’être encore un peu plus marginalisé, de disparaître sur l’échiquier politique, ce qui les conduit aux pires revirements. Les dés sont dorénavant jetés, sans retour dans l’immédiat. Il faut faire avec. Dans l’incertitude depuis des mois, cette position a le mérite la clarté. Elle clôt définitivement la séquence Front De Gauche qui avait permis de rassembler l’ensemble des forces opposées à la politique du PS libéral. Elle présuppose des reclassements qui auront lieu après les élections 2017. Elle met en évidence les profondes divergences qui existent entre ces deux gauches, celle qui soutient Jean-Luc Mélenchon, pensant que le PS libéral est tout autant le problème que la solution, l’autre, sous couvert de barrer la route à la droite et l’extrême droite, est prête à passer des alliances contre nature avec le PS libéral. Enfin, cette décision met un terme provisoire au débat interne au PCF entre les divers clans qui s’affrontent. Le secrétaire général sortant Pierre Laurent, qui avait appelé au dernier moment à un soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon, est sévèrement battu. Sa démission pourrait être à l’ordre du jour. Le clan des orthodoxes alliés à celui des pro PS a provisoirement remporté la mise. Vont-ils pousser leurs pions un peu plus loin et demander la tête du secrétaire général ? Tout est possible là aussi. Vont-ils exiger qu’Olivier Dartigolles, en pointe depuis plusieurs mois dans la campagne anti-Mélenchon, soit désigné comme le candidat du PCF, dans l’attente du résultat de la primaire du PS, est également fort possible. Tous les scénarios sont ouverts. Ce qui est sûr, c’est qu’ils iront jusqu’au bout de leur logique, quitte aller tout droit dans le mur. Ils étaient vindicatifs et rancuniers, ils vont en plus être hargneux et encore plus sectaires. Vaut mieux le savoir.

imagesd5


Il y aura donc un candidat du PCF mais, l’hypothèque d’un soutien à Arnaud Montebourg reste sur la table, pour peu qu’il gagne la primaire du PS en février 2017, ce qui est loin d’être certain. Ce dernier leur a déjà lancé un appel du pied et s’est dit favorable au rassemblement autour de sa candidature dans une sorte d’Union de la Gauche renouvelée. Les basses manœuvres se poursuivent, peu propices au débat sur le fond. D’ici que le PCF participe à la primaire, en sous-main pour faire gagner son nouveau messie, nous ne mettrions pas notre main au feu. Les militants du PCF trancheront fin novembre. Pierre Laurent, mis en minorité, n’a peut-être pas dit sont dernier mot. La bataille risque d’être sévère, sans pitié compte tenu des enjeux. Tous les coups vont être permis dans un parti corseté par les cadres salariés, les permanents, les élus et les chargés de mission qui tiennent les rênes de l’organisation manu-militari. Il va falloir du courage à ceux qui tenteront de s’opposer à la décision du PCF.
Pour ceux qui connaissent un peu son fonctionnement et la nature des rapports qui animent les divers clans qui s’ opposent, les liens tenus qu’il a pu tisser avec le PS dans les collectivités qu’ils gèrent ensemble depuis des décennies, les connivences et autres retours d’ascenseurs, cette décision n’est qu’une demie surprise. Le PCF n’est pas tout à fait encore un PS hard, mais n’est déjà plus le PCF de Marchais. Il a mis beaucoup d’eau dans son verre de vin rouge. Si le PS s’est droitisé, nous ne nous en sommes pas aperçu, qu’à force de le fréquenter, le PCF s’était social démocratisé.

b_1_q_0_p_0

Y a-t-il des conséquences immédiates sur la campagne de la France Insoumise et le candidat Jean-Luc Mélenchon ? Certainement. Une déception, bien sûr, vite dépassée. Il ne faut pas surestimer ni sous estimer le pouvoir de nuisance de la machine PC. Qu’elle soit rassurée, nous répondrons coup pour coup. Reste que sur le terrain les rapports seront certainement très difficiles. Le PCF n’est pas notre allié dans cette élection mais un concurrent, si ce n’est un adversaire. C’est bien le message que sa direction, l’appareil, ses cadres viennent de nous lancer. 

Nous y ferons face, à la présidentielle si nous arrivons à obtenir nos 500 parrainages, malgré l’obstruction commune du PS et du PCF, ainsi qu’aux législatives, et si possible partout sans exclusive.

JC Rodriguez

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s