Vœux du Maire : parler pour ne rien dire !

noyade-300x191Passage obligé, les vœux du maire sont à la politique ce que les promesses sont aux politiciens, une piteuse comédie. Entourée de son aréopage endimanché pour l’occasion venu de la citadelle métropolitaine, Madame le Maire a fait honneur à la tradition. Tout y était, les tambours et les trompettes, le discours et les petits fours, les pique-assiettes et les visiteurs d’un soir en goguette. Le ban et l’arrière ban de la France d’en haut, la France qui gagne ou retraités aisés, un peu effarouchés que l’on pourrait égratigner leur bas de laine, venus se rassurer en espérant que ce système les protégerait encore un peu.. On y pratique de l’entre-soi, certain que l’on ne rencontrera pas les déclassés du système Hollandais, 1 millions de chômeurs en plus sur 5 ans et 150 000 SDF.

2017 est une année électorale. Le citoyen devrait élire un président de la république pour cinq ans et des députés, quelques semaines après, en juin. Si la présidentielle attire encore les électeurs, comme on serait tenté de le deviner avec l’augmentation significative du nombre d’inscriptions sur les listes électorales, les législatives, bien moins. On observe avec raison, qu’en règle générale, celui qui remporte la présidentielle gagne aussi la législative qui suit, lui enlevant presque tout intérêt. Le système a tout prévu, c’est d’ailleurs pourquoi le PS et la droite se sont entendus pour qu’il en soit ainsi. Un jour le libéralisme de droite, un autre jour le libéralisme de gauche. Tous sont à genoux devant le capital qui règne en maître. Comme pour le Conseil municipal, tout se joue ailleurs que dans l’enceinte de l’ hémicycle. Si les élus d’oppositions sont des spectateurs parfois retors comme à Couëron, les élus de la majorité sont tout au plus des pantins qui lèvent la main comme des automates, au pire les fous du roi chargés d’amuser la galerie, de donner l’image d’un minimum de démocratie.

coueron-un-ville-qui-croit-et-se-transformeMême ripoliné au prix d’une communication honteuse et mensongère, après trois années de mandature chaotique, le bilan du PS et de ses amis est bien maigre. Lien ici, lien là. Tout se joue sur la communication municipale et de ses relais dont une presse locale particulièrement bien disposée à relayer la propagande des élites. Grossière manipulation de Ouest-France qui met à la une de son édition journalière un titre ostentatoire (Couëron qui croit et se transforme) et un début de commentaire «(c’est devant un nombreux public, que Carole Grelaud, maire, a présenté les vœux de la municipalité… »)  que contredit la photo (ci-dessus) de sa une, dont le cadrage laisse à pensez que les participants seraient bien moins nombreux qu’annoncés par le journaliste, ce dont le lecteur potentiel n’en saura rien… La manipulation est bien réelle, elle est possible car, il existe une collusion entre ces forces politiques libérales du PS et celle non moins politique de la presse des milliardaires. Il s’agit de faire taire tout esprit critique, de faire taire tout discours qui ne serait pas celui de la pensée unique, de rendre invisible qui n’en serait pas partisan.

Autre exemple de cette dérive, le traitement de l’information du journal Ouest-France sur la question de la petite enfance et les modalités de garde. Le journal y consacre ces derniers jours rien que trois articles, tous favorables ou relayant la politique municipale comme si les points de vues contradictoires n’existaient pas, comme en témoigne les propos tenus en Conseil municipal par les élus de la liste Couëron à Gauche Autrement et que cette presse a sciemment passé sous silence ou même signalé : conseil municipal du 12 décembre 2016 voeu pour le maintien de la crèche familiale de Coueron comme service municipal déposé par Mme Karine Provost et M. Jean-Claude Rodriguez

– Ouest -France du 5 janvier : « la crèche familiale fermera progressivement pour accroître le multi-accueil de la Chabossière. Tout le personnel a un projet professionnel : reclassement à sa demande, départ à… »
– Ouest-France du 5 janvier : « face à l’évolution de la population, couëron adapte sa politique familiale d’accueil pour répondre à l’attente des familles… »

– Ouest-France le 7 janvier 2017 : « Avec vos bout’chous sont en bonnes-mains, dix nouvelles places d’accueil pour les bambins de moins de 4 ans sont ouvertes dans la commune, avec une amplitude d’horaires assez large… »

capture-du-2017-01-07-17-51-57
Extraits du Bulletin Municipal janvier/février 2017

La crèche familiale municipale est enterrée ainsi que 23 emplois, ce que les lecteurs de Ouest-France n’en sauront rien ou presque rien, ni les lecteurs du bulletin municipal s’ils ne lisent pas les 2 ou 3 mots que le PS local et ses amis daignent accorder aux élus de Gauche d’opposition. Une structure reconnue pour son efficacité sociale par des centaines de parents disparaît sans que personne ne sache pourquoi, ni dans quelle condition a été prise cette décision. L’intérêt de l’enfant passe bien après que l’intérêt financier de quelques décideurs municipaux, du Maire, des adjoints PS incapables de défendre le service public et qui ne voit à l’arrivée que la diminution des coûts : 3 enfants en garde simultanément pour l’assistante maternelle de la crèche familiale et 6 pour l’agent en halte-garderie. Cherchez l’erreur ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s