Conseil municipal du 30 janvier 2017: NON à l’augmentation des impôts

Ce n’est sans doute pas la peine de lire la presse locale (Presse-Océan libertaire et Ouest-France catholique) pour savoir ce que nous avons déclaré au conseil municipal du 30 janvier 2016, vous n’en serez rien. Si ce n’est pas le journaliste local, c’est le rédacteur nantais qui est frappé d’amnésie. Rappelons aussi que les barons locaux du Ps ou de la droite sont les premiers censeurs de la libre expression . Qu’on se le dise.

La presse locale (mais pas que) n’est ni indépendante, puisque au main de la finance, ni objective (il y aurait de quoi rire) puisque au service de la pensée unique de la droite et du Ps libéral. Ce que nous vous conseillons, c’est surtout de ne pas gaspiller un euro, ce serait le meilleur moyen de la faire disparaître plus vite. Cette presse est déjà mal en point. Comble d’ironie, elle survit principalement grâce à de l’argent du contribuable. 

Pour en savoir un peu plus sur ce que font et disent les élus de la gauche d’opposition de Couëron : Notre déclaration dans sa totalité : un peu longue certes mais nécessaire pour saisir la duperie de l’alliance actuelle municipale PS libéral et droite libérale locale.

Nous sommes l’opposition de gauche, agissons comme opposition de gauche mais votons plus de 80 % des délibérations au conseil municipal. Nous sommes la seule force politique de propositions dans ce conseil. Nous soumettions 7 vœux au conseil de ce soir, vœux d’intérêt local que les socialistes et leurs amis nous ont une nouvelle fois censuré. Sachez chers collègues que assumons le mandat que nos électeurs nous ont donnés et faisons vivre le programme municipal qui est le notre. Nous continuerons de nous opposer aux délibérations qui ne font qu’accroître l’austérité comme l’augmentation des impôts. Nous continuerons de nous opposer aux délibérations qui décident des réductions de services et des emplois et de personnel communal et sommes attachés à une politique écologique qui ne soit pas de façade ou qu’un outil de communication au service de politiques consuméristes ou de caser les amis. (souligné en rouge par nous, puisque la presse locale ne semble pas avoir entendu ces propos.) Nous continuerons de nous opposer aux délibérations actant le versement d’argent public à des organismes privée sous fausses enseignes, telle que la chambre régionale des comptes le signale page1 7 de son dernier rapport… Nous sommes une gauche de la parole donnée, disons ce que nous faisons et faisons ce que nous disons.

budget 2017 : Entre 2011 et 2017 des évolutions majeures de politique économique ont eu lieu. Les prélèvements obligatoires entre 2011 et 2013 ont été répartis de façon relativement équilibrée entre les entreprises (+31 milliards) et les ménages (+39 milliards), approximativement à hauteur de leur poids respectif dans les prélèvements obligatoires. En revanche, l’année 2014 marque un point d’inflexion avec la mise en place de la politique de l’offre. Cette politique a conduit à effacer pratiquement l’ensemble des hausses de PO portant sur les entreprises décidées entre 2011 et 2013, notamment grâce au CICE et au Pacte de responsabilité. Ainsi, depuis 2014 le niveau des PO des entreprises a baissé de 30,8 milliards d’euros. En revanche, afin de financer simultanément la réduction des déficits et la baisse des PO sur les entreprises, la fiscalité portant sur les ménages est restée en hausse (+13,4 milliards depuis 2014). – source ofce le blog

Voilà pour le contexte économique qui prévaut à l’établissement de ce budget d’austérité. Cette situation n’est pas fortuite ou contrainte comme vous nous le dites. Bien au contraire, il s’agit bien d’un choix politique sciemment décidé et qui porte le nom de politique libérale. Le quinquennat qui se termine aura eu eu pour principale conséquence d’appauvrir les uns et d’enrichir considérablement les autres, de favoriser la politique de l’offre au détriment celle de la demande. Ce quinquennat aura été celui de la montée du chômage et des inégalités. Voilà pour votre bilan. Le reste n’est que de la propagande sortie des officines de Bruxelles, des conseils d’administration du 4/40 ou du dictionnaire lexical du libéralisme mondialisé.

2017, avec des investissements à hauteur de 7 205 200€, la commune tente de rattraper le retard pris en 2013, 2014, 2015 et 2016 mais sans y parvenir. Vous qui aimez bien les moyennes, en moyenne nous sommes encore loin du compte de la strate comme on vient de le voir plus haut.

Nous disions encore en 2016, ne pas emprunter, revient à s’interdire d’investir dans l’avenir. C’est prendre du retard dans la rénovation de l’existant, c’est retarder la rénovation ou la réalisation de notre bâti. Qu’en sera-t-il de l’accès de la gare et l’accès voyageurs nord. Qu’en sera-il d’une nouvelle maison de retraite, qu’en sera-il du gymnase P Moisan largement hors-jeu ? Qu’en est-il de la place de l’hôtel de ville, du CCAS, du mille clubs, de l’Erdurière ou on va y consacrer 100 000, ce qui parait assez dérisoire au regard des besoins. Qu’en sera-t-il du retard pris dans la construction de logements sociaux, souligné ici même lors du Débat d’Orientation Budgétaire 2016 par les élus du PCF ? Etc. ..? Et nous disions encore,ce qui est encore vrai pour 2017, les seuls à investir sur la commune et à en dénaturer l’architecture sont les promoteurs qui vampirisent nos espaces et nos centres -villes de Couëron à la Chabossière.

Nous disions encore, les vraies-fausses annoncent en investissement (ce qui est vrai aussi en 2017) ne concernent que des investissements en trompe-l’œil, puisque l’on aurait dû les réaliser depuis belle lurette : le groupe scolaire du secteur Ouest centre-ville ne sera pas , à vrai dire, opérationnel avant 2018/2019 si l’on est optimiste, la piste d’athéisme, qui aurait dû être aussi faite depuis 2008, est aujourd’hui terminée, tant mieux et la demande d’homologation a été faite, nous a t-on dit en commission, alors pourquoi a-t-on tergiversé autant ? le terrain de foot synthétique (là aussi opération terminée avec beaucoup de retard à l’allumage, sans parler de la mise en place d’un échafaudage en lieu et place de la réhabilitation et sauvegarde de la tour à plomb disions-nous (d’ailleurs est-ce fait? l’opération avait été budgétée), sont en réalité globalement des projets qui étaient déjà inscrits dans le programme municipal du PS dès 2008, pages 12, 13 et 17 de celui-ci. Même constat cette année. En ce qui concerne l’école et comme nous l’avons dit en commission, si nous sommes satisfait de constater le commencement de l’opération dans les jours ou les semaines à venir, nous disons enfin. Si le parti socialiste et ses alliés avaient respectés ; un tant soi peu, le commencement d’un début d’ engagements, l’école aurait été construite dès 2009 ou 2010 alors qu’elle ne sera terminée, au mieux, 10 ans après. L’addition financière supplémentaire n’est pas anodine. Plus de 2 millions à 2,5 millions d’euros ? Les couëronnais apprécieront la facture. Et pour tenter d’expliquer ce retard, on nous sort une tentative d’explication à dormir debout, du genre : nous avons décidé de ne pas engager la construction du groupe scolaire parce qu’à cette période des classes fermaient. Des classes qui ferment e d’autres qui ouvrent, il y en a toujours eu, suivant pour l’occasion les méandres les politiques des gouvernements successifs. Un peu plus ou un peu moins Question : si tel était le cas, pourquoi alors l’avoir inscrite dans votre programme en 2008  puisque qu’ étant déjà en déjà en responsabilité en 2007 et bien avant, vous aviez toute l’attitude pour être informé des évolutions de la population Couëronnaise, des politiques publiques dans le secteurs de l’enseignement et en particulier du nombre d’enfants scolarisables à court et moyen terme. Votre argumentation a ses limites, elle ne résiste pas aux faits. Idem pour la piste d’athlétisme et idem pour le terrain synthétique.

En matière de respect des engagements et d’exemplarité, le compte n’y est pas non plus. Après, l’on s’étonne de la défiance à l’égard des élus.

Côté fonctionnement, nous sommes en présence d’une cure d’austérité es-répétita, appelée parfois «  participation à l’effort de redressement des comptes publics » et relookée en 2017 de plan annuel de maîtrise des dépenses de fonctionnement. Plafonnée à 1,60 % jusqu’en 2019, cette politique est intenable. Nous sommes en plein dans une politique dépressive de la demande pilotée par la commission européenne. Comme si les citoyens étaient responsables du fiasco actuel, le contribuable en paie l’addition comme les salariés et bien évidemment la qualité du service public.

Ce budget 2017 se caractérisé par :

1- l’augmentation des impôts qui va encore peser essentiellement sur le pouvoir d’achat des ménages les plus fragiles et les classes populaires,

2- la diminution des dépenses de fonctionnement qui aura des répercutions sur le fonctionnement des services, sur leur efficacité et sur l’emploi comme on l’a déjà vu avec la suppression de plus de 23 postes liés la fermeture de la crèche familiale et de 3 postes liés à la fermeture du service public de la restauration au Centre de l’Erdurière,

3- la baisse des dotations de l’état pour engrosser les banquiers et les multinationales du 4/40 comme on l’a vu plus haut sans que cette majorité lève le petit doigt,

4- une augmentation des dépenses d’investissement pour rattraper le retard pris lors de ces 3 dernières années comme le rappelait la chambre régionale des comptes. Mais en moyenne nous sommes encore bien en dessous de la strate.

8 années après l’avoir décidée, la construction de l’école sur la ZAC centre Ouest, ouf, les travaux vont enfin pouvoir commencer en 2017. Inscrit dans le programme dès 2008 du parti socialiste et de vos amis, alors que des études avaient déjà été lancées et bien avancée, on se demande bien pourquoi ce projet a été aussi long a voir le jour. On sait déjà ce que vont nous dire nos collègues du PS :

que ce n’est pas de leur faute,

que ce n’est jamais de leur faute,

que ce n’est jamais de leur faute, ni l’austérité qu’il nous imposent, ni le cumul des mandats dont ils usent et abusent, ni l’augmentation de la délinquance et des incivilités sur Couëron + 40 % sur une année, ni l’augmentation des impôts locaux qu’ils décident alors qu’il n’en avait rien dit dans leur programme, ni des emplois qu’ils suppriment, ni des milliards de cadeaux qu’ils ont font aux banquiers, aux multinationales ou aux 4/40… et bien évidemment ni le 49-3 utilisé à l’insu de votre plein gré, bien évidement.

Sur cette opération de la construction de l’école de la ZAC du centre-ouest, on est passé d’un budget de l’ordre de 6 500 00 (on pourra sans doute nous donner les montants exacts, onles attends toujours ) à presque 8 500 000 dans le meilleur des cas lorsque l’on fera le décompte final.

Nous l’avons déjà dit en décembre, nous le répétons en janvier, la situation Couëronnaise telle que nous la devinons est le résultat d’une politique des élus de la majorité, financièrement paternaliste, politiquement libérale et socialement irresponsable. C’est bien la marque d’élus socialistes décrédibilisés, incapables de respecter un quelconque engagement programmatique.

Nous en arrivons à l’augmentation des impôts locaux de 4 % que les socialistes et leurs amis proposent d’appliquer sur 2017. Elle n’est que la suite logique de la politique menée par les socialistes au gouvernement depuis cinq années. Ce à quoi il convient de rappeler l’augmentation des impôts décidée par ces mêmes élus de Nantes métropole en 2016, c’est à dire plus de 10 %. L’augmentation des impôts locaux n’est que la traduction des baisses des dotations de l’état et des cadeaux faits au MEDEF et au 4/40 par les Hollande/Valls et Macron. C’est la contrepartie au CICE ou pacte de responsabilité, soit au total 40 milliards pour l’un et 20 milliards pour l’autre dont on attend encore les retombées en matière d’emplois.

Selon les chiffres données par la presse en 2016 et ceux que vous nous fournissez dans document p11 qui nous a été transmis., l’augmentation cumulée entre 2016 et 2017 est pour les uns de 150 € (en 2016 Nantes métropole)) plus 42,27 (2017 Couëron)= 192,27€ et les autres les plus vernis on l’on ose dire,, 105€ (en 2016 Nantes métropole) + 39,34 (en 2017 Couëron)= 143,34 €. Ajoutons qu’à un aucun moment nos collègues socialistes ni aucun autre tendance qui compose cette majorité n’ont annoncé ou envisagé dans leurs programmes de telles augmentations de la fiscalité locale et encore moins celle communautaire. Bien au contraire, l’on nous a faussement fait miroiter que l’intercommunalité allait être un eldorado, sorte de vecteur important de ressources financières nouvelles. Nous auraient-on encore menti a l’insu de votre plein gré.

A ce rythme ce n’est plus du matraquage fiscal mais un véritable Hold-up.

Le PS nous a fait savoir qu’il assumait sa politique de casse des services publics, crèche familiale ou restaurant de l’Erdurière n’en sont que des exemples, qu’ils assumaient la politique de la MOR rappelé par madame le maire, c’est à dire la mutualisation, l’optimisation et la rationalisation comme moyen d’atteindre les objectifs décidés par Nantes Métropole d’étranglement du service public local,  ne pouvant pas être autre chose que plus de pauvreté, plus de précarité, plus de désespérance sociale. Chacun mesure bien les conséquences de cette politique  qui va même s’accélérer:

la fermeture de services ou leurs privatisations initiée au nom de la mutualisation optimisation rationalisation. Politiques dites de la MOR

le non remplacement des personnels

la réduction du périmètre de la puissance publique, on privatise les services liés à la petite enfance en subventionnant des structures faussement associatives comme le note la chambre régionale des comptes

Un éloignement des pouvoirs de décisions et de contrôle du citoyen .

Des élus municipaux sans aucune prise sur le devenir de la commune, en cessation progressive d’activité,

Abrités derrière le discours de la modernité, de l’ouverture et du vivre ensemble, vous prônez, chères collègues l’égalité mais promotionnez la métropolisation mondialisée et la gentrification (bobotéisation). Vous demandez plus de mixité sociale, mais pratiquez le grégarisme social. Vous faites la promotion du vivre ensemble mais participez à l’ethnicisation des territoires. Au final, vous portez haut le discours républicain et le principe d’égalité mais favorisez en réalité, par votre politique, un modèle inégalitaire. La mondialisation comme la métropolisation  des rapports sociaux n’est pas un processus naturel, elle est la réponse imposée aux états, par le capitalisme en crise (1971), dans le cadre d’un chantage mondialisé à l’emploi et que les politiques publiques actuelles s’empressent de mettre en œuvre, autant par la gauche libérale, vous le PS que leur pendant les droites libérales.

A cela s’ajoute la catastrophe sociale et écologique sans commune mesure avec 6 millions de chômeurs et 9 millions de personnes qui galèrent, des pauvres encore plus pauvres et des riches encore plus riche qui s’empiffrent de profits. 6 millions de personnes aux minimas sociaux, 2,3 millions au RSA, 3,8 millions de mal logés, 30 000 enfants sans toits et 2000 qui meurent dans la rue, 900 000 personnes privées de logement et 150 000 SDF. Un bilan impressionnant d’échec des socialistes dont les politiciens locaux s’empressent de ne rien y voir.

Devrions-nous en arriver comme au États-Unis d’Amérique ? Ce n’est pas impossible, c’est même à terme probable si nos élites libérales du PS et des droites continuent de galoper dans le sens inverse de l’histoire : la métropolisation mondialisée et la métropole marchandisée.

Comme nous le disons, le gros, Nantes Métropole mange les tout-petits en feignant de leur faire croire qu’elle les nourrit. Et nos élus de la majorité laisse faire et regarde les trains qui ne passent plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s