Bulletin municipal : réponse à un maire « pochette surprise »


Il-est-intedit-de-prendre-les-gens-pour-des-consLe dernier éditorial de Madame le Maire de Couëron dans le bulletin municipal de mars-avril vaut une nouvelle fois son pesant d’or. Il n’y a plus de freins à la démagogie ou se mêle la langue de bois, la novlangue, le mensonge ou informations tronquées lorsqu’elles ne sont pas totalement fausses ou mensongères, si ce n’est de grossières inexactitudes dans les parallèles établis.

Malheureusement, nos politiques locaux ont pris la fâcheuse habitude de considérer le citoyen comme étant incapable de faire la part des choses, entre information utile, propagande et manipulation à grande échelle. Et ce n’est pas l’entre-soi des rendez-vous dits citoyens qui changeront la donne d’élus incapables de la moindre empathie. On le voit bien aussi lors des réunions des commissions municipales qui ne sont au mieux qu’un théâtre d’ombres ou règne l’ordre et le sectarisme le plus vulgaire, au pire qu’une chambre d’enregistrement servile surtout marquée par des préoccupations boutiquièrre qui prend une très large partie de leur temps.
Cette dégénérescence de la démocratie en bouffonnerie est d’autant plus nocive qu’elle s’accompagne d’un autre phénomène, l’irresponsabilité de ces élus qui se croient au-dessus des lois et de la morale. On l’a bien vu dans un passé récent. Il s’agit tout au plus de la fabrique du consentement, si ce n’est celle d’un consensus qui conduit 50 % des électeurs Couëronnais à se détourner de la vie de la cité.


CmwQjDYW8AAO0qK

Un vérificateur de faits, aussi juste et performant soit-il, n’aura jamais que peu d’influence s’il évolue dans un média perçu comme un clergé, ce qui est forcement le cas de notre bulletin municipal, édictant la « bonne parole », et dont la fonction essentielle est de justifier l’ordre congelé de la maison municipale. L’opposition doit être neutralisée, c’est bien pour cela qu’on lui laisse à peine la possibilité d’y mettre quelques lignes alors que la majorité occupe 99 % des pages du journal. La démocratie tend à être qu’un chiffon de papier que l’on jette comme un kleenex aussitôt utilisé.

A mi-mandat, le bilan des réalisations est bien maigre. Prévue depuis presque 10 ans, la construction annoncée d’un groupe scolaire (page 12 programme du PS et de leurs amis de 2008) sur la ZAC du Centre Ouest viendra à peine rectifier une politique d’investissement loin d’être à la hauteur des besoins essentiels d’une population connaisseuse, qui voit bien qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette commune. Faute de moyens et à cause d’une lâcheté politique face aux décideurs institutionnels, la maison de retraite (EHPAD) (page 20 du programme du PS et de leurs amis de 2014), sur lequel les coueronnais ont élus les socialistes et leurs amis, sera remplacée par une résidence seniors dont sont friands les investisseurs qui bénéficieront ainsi d’une défiscalisation. Ce décalage permanent entre la réalité des faits et son ampleur réelle permet à la majorité municipale et leurs alliés Verts et du PCF d’apparaître comme les bons serviteurs de la chose publique, ce qui les exonère implicitement de toute responsabilité antérieure. Ce n’est qu’au moment où ces responsabilités commencent à devenir difficiles à occulter (notamment grâce à l’ opiniâtreté des 2 élus de la liste Couëron à Gauche Autrement qui assument leur rôle d’opposition) qu’ils passent du statut de spectateurs de leur propre impuissance à celui d’incompétents incapables d’assumer leur responsabilité dans ce naufrage du service public.

Ce sont principalement ces maux qui sont la cause originelle du dégoût des Français pour la politique, de leur rejet évident d’élus hors-sol, coupés des citoyens qu’ils sont censés pourtant d’aider et protéger pour les plus faibles ou les plus précaires d’entre eux. Silence, ces messieurs et dames regardent sur le trottoir d’en face, n’ayant même pas le courage de répondre aux courriers que leur envoient les élus de la LISTE COUËRON A GAUCHE AUTREMENT et qui restent bien évidemment sans réponse. La réalité de leur comportement est beaucoup plus prosaïque qu’ils veulent bien nous le faire croire.

À l’image d’un Fillon qui s’accroche à son siège en dépit de ses casseroles, les représentants de la majorité municipale s’assoient sans complexe sur la démocratie locale, ce qui conduit un peu plus à pourrir le système et rejeter ces élites municipales discréditées.

La politique municipale des élus socialistes et de leurs amis n’est ni de progrès ni progressiste, elle suit simplement les politiques d’austérité édictées par le gouvernement d’Hollande et par l’Europe de Merkel. Elle se traduit par l’augmentation cumulée 2016 et 2107 des impôts locaux allant jusqu’à 192€ pour un ménage.

danile-obono-bandeau-300x158nouveaugroupescolaire-carroussel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s