Mauvaise soupe dans une mauvaise gamelle

Parlons (Inter) Net
A un poil près, Hamon entrait dans l’Histoire

En 2012, Benoît Hamon précisait la mission de la gauche socialiste en soutien au candidat Hollande : « On lui assure un flanc gauche qui évite que certains électeurs se tournent vers Mélenchon. » ICI.

En mai 2017, bon petit soldat d’un PS déconsidéré et rejeté, il pilonna le candidat Mélenchon et il fit perdre la France Insoumise représentée par un « Dictateur » (dixit Hollande) « fasciné par Poutine » (dixit Hamon).

En juin 2017, mission accomplie, il quitte un PS disloqué en osant : « Je ne suis pas là pour être fidèle à un appareil ».

Benoît, vous avez raté votre rendez-vous avec l’Histoire en ne prononçant pas ces mots le mois d’avant.

Il créé à présent un Mouvement qui est un PS ripoliné. Il persiste à s’en prendre au seul qui pouvait nous éviter Macron. Il insinue, à peine défroqué, que le courant « populiste » de J-L Mélenchon créé des « ponts intellectuels, des passerelles démocratiques » avec l’extrême droite.

Puis, chemise ouverte et tous poils dehors, il ironise virilement sur le refus circonstancié (peu jauressien, déplore-t-il) des élus Insoumis de porter la cravate.

Par les méthodes et le culot, il y a chez Benoit Hamon 2017 du Manuel Valls 2012 avec son «  Le changement, c’est maintenant. » ICI à 0mn37.

Théophraste R. (Dénonciateur de la promesse : « Demain on rase gratis. » Inventeur du slogan : « Cambadélis, Hollande et Valls, sortez du poitrail velu et décravaté de Benoît ! »).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s